nifff

«Romulus & Remus», le péplum dans le marécage

Le NIFFF montre un film à ambition réaliste, et violent, sur la fondation de Rome. Une étrange œuvre dans la mode actuelle des fictions politiques

«Tremblez, voici Rome!» C’est dit, à la fin. Ces jours, le Festival international du film fantastique de Neuchâtel montre une curieuse production italo-belge, Romulus & Remus. The First King, comme un nouveau mythe des origines pour la génération Game of Thrones.

Passons l’histoire de louve aux mamelles fondatrices, l’affaire commence alors que les deux frères sont adultes. Et esclaves: après une formidable crue, ils sont emportés puis capturés par une tribu qui vénère le feu, comme eux. Ils se révoltent et s’enfuient avec une grappe de congénères, se réfugient dans les marais vers le Tibre, sont attaqués par les hordes locales. Puis Remus casse une durite et se fait tyran, jusqu’à vouloir nier l’existence des dieux. La maîtresse du feu prédit l’affrontement des deux frères. Il aura lieu et débouchera sur la fondation de la ville dans ce cloaque.