Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Selma Lagerlöf croquée par Frassetto.
© Frassetto

Mentor

Rose-Marie Pagnard: «Selma Lagerlöf, adepte de l’imagination la plus extravagante»

Chaque semaine, un écrivain présente l’auteur classique qui l’inspire et le nourrit. Rose-Marie Pagnard a choisi Selma Lagerlöf

On aimerait quelquefois danser sans raison, ou faire l’amour, ou s’asseoir sur la tombe de son enfant, ou écrire une histoire. Une dernière histoire. «Laisse-moi encore un peu de temps! Je dois encore terminer un livre, dit Mademoiselle Frederika au Chevalier de la Mort venu séduire son cœur de vieille femme – une femme et écrivain au faîte de la gloire! Mais «son cœur était prisonnier du chagrin sauvage de son enfance […] et brusquement il fallait qu’elle rentre chez elle pour écrire son livre.»

Dans cette nouvelle de 1894, Selma Lagerlöf réunit ses thèmes d’inspiration: l’enfance, la liberté et les devoirs qu’implique le don de la parole, l’imagination la plus extravagante, l’amour, la faute et la rédemption, la mort.

Ecouter aussi: Les prix Nobel préférés d'Eléonore Sulser: Selma Lagerlöf

Son premier roman, La Légende de Gösta Berling, publié en 1891, déploie déjà tous ces thèmes. Il raconte le destin de Gösta, jeune pasteur révoqué pour cause d’alcoolisme (ici l’auteur pense à son propre père) et devenant un génie vagabond qui répand autour de lui sa joie et sa fureur de vivre. A la fin de ce roman, Selma Lagerlöf écrit: «Chers lecteurs, voilà que pendant une année et un jour les abeilles de la fantaisie ont voltigé autour de nous. Comment rentreront-elles dans la ruche de la réalité? C’est leur affaire»! Une façon malicieuse et subtile d’assumer ce qu’elle a écrit et de l’offrir au lecteur!

Sur un portrait peint en 1908, un an avant qu’elle ne reçoive le Prix Nobel décerné pour la première fois à une femme, elle sourit à peine – les fameuses abeilles lui chatouillent le cerveau, qui sait… Incroyable comme elle ressemble à ma grand-mère! Mais Selma n’a pas d’enfant, elle boite, elle enseigne pendant dix ans avant de pouvoir se consacrer à l’écriture, de pouvoir racheter la maison de son enfance, d’y habiter avec ses amoureuses, Valborg Olander et Sophie Elkan, des féministes comme elle. A Marbäcka, près des forêts. (Ce mot me ramène à mon enfance, quand mon père insouciant me laissait seule au milieu des arbres auxquels je demandais de courir avec moi jusqu’aux mystérieuses «difficultés de la vie» installées dans notre logis.)

Lire aussi: La trompeuse lumière de l'admiration

Puis je pense à une photo de la cuisine de Selma Lagerlöf: vaste, avec une table si longue que deux douzaines d’enfants pourraient y prendre leur goûter! C’est la table que décrit la narratrice d’un de mes premiers romans, La Leçon de Judith, c’est aussi la table d’une cuisine qui tient un rôle dans mon dernier roman…

Mais la véritable influence – ou modeste parenté, par ailleurs longtemps inconsciente –, ce lien avec l’œuvre de Lagerlöf touche surtout, pour ce que j’écris, à la liberté de l’imaginaire. Faisant que, de la réalité vraisemblable, se dégage le surnaturel, ce petit supplément, ce grain de sel ami des désirs secrets du lecteur et parfait illusionniste jusque dans les thèmes les plus graves. «Tout le monde sait à quel point l’univers des pensées est étrange», rappelle Selma Lagerlöf dans Le Banni, son roman pacifiste et prémonitoire.

Attention, attention! voici L’Empereur du Portugal, «Le père de l’impératrice est si profondément heureux/Comme l’ont annoncé les journaux/L’Autriche, le Portugal,/Metz, le Japon,/Boum, boum, boum,/Boum, boum». C’est Jan, le pauvre et très humble journalier de Skrolycka qui porte une casquette de cuir avec plumet, un collier de médailles et d’étoiles en papier doré. Sa fille Claire-Belle, son resplendissant soleil, est partie à la ville pour gagner de l’argent. Mais il semble bien qu’elle se prostitue, en tout cas elle ne donne aucun signe de vie pendant quinze années. Tout le hameau est au courant, mais Jan, pour se protéger de la réalité, perd la raison, trouve une autre lumière pour l’éclairer: Claire-Belle est l’impératrice du Portugal occupée au loin par ses vastes devoirs et lui, son cher père, est donc l’empereur… mais en secret! dans l’univers des pensées! Jusqu’au jour où les arbres de la forêt lui chantent cette chanson, boum, boum, comme le signal solennel qu’il doit désormais se comporter en toutes choses selon son rang.

Le merveilleux est ici mêlé à la vie d’une région rurale au début du XXe siècle: quel art de l’entrelacement des réalités! Les moqueries, la pitié, et finalement – car le destin frappe fort! – le respect et l’émotion la plus profonde courent dans le mouvement entraînant de cette histoire, montrant la capacité qu’ont certains êtres à voir la bonté et la beauté là où nous courbons l’échine, pour ainsi dire, sous le poids du quotidien.

Lire aussi: Les personnages de Rose-Marie Pagnard vacillent, c’est ainsi qu’ils parviennent à avancer sur le vide

J’allais oublier Le Violon du fou! Une histoire si audacieuse, si enchanteresse, que je la sens me pousser de l’aile, m’encourager à obéir à mes rapports personnels au monde. Car pour moi aussi les objets parlent, les vivants et les morts communiquent, les symboles existent. Le héros, ici, marche entre une folie accommodante et un amour exigeant; il rencontre un vieux couple d’acrobates, «… le cirque les avait rejetés, racontait Blomberg, mais pas l’art. Ils servaient toujours l’art, et celui-ci valait qu’on lui reste fidèle jusqu’à la mort.» Oui, et je vois, autour de la table de Selma Lagerlöf, H. C. Andersen, Karen Blixen, Cees Nooteboom, Torgny Lindgren, Peter Høeg, ma grand-mère qui m’apprit à lire, mes chers écrivains de l’Est sont là aussi, nous sommes tous parents.


Rose-Marie Pagnard

Rose-Marie Pagnard a suivi une formation à l’Ecole normale pour instituteurs avant de s’orienter vers le journalisme et de se consacrer à l’écriture. Ses œuvres littéraires mêlent autant la poésie que le fantastique, l’onirisme que l’humour. Jours merveilleux au bord de l’ombre, son dernier roman (Zoé), a paru en 2016. Rose-Marie Pagnard vit aux Breuleux, dans le Jura.


Profil

1943: Naissance à Delémont.

1985: «Séduire, dit-elle», nouvelles (Editions de L’Aire).

1988: «La Période Fernández», roman (à propos de Borges) (Actes Sud), Prix Michel-Dentan.

1999: «Dans la forêt la mort s’amuse» (Actes Sud), Prix Schiller.

2008: «Le Conservatoire d’amour», roman (Zoé).

2013: «J’aime ce qui vacille», roman (Zoé), Prix suisse de littérature.

Dossier
Un auteur, un mentor

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a