Cette nouvelle génération de musiciens baroques tout juste trentenaires a décidément quelque chose de fascinant. Ils ont assimilé à la fois le travail des pionniers de ce répertoire et sa perspective historique, mais s’en écartent aussi sans états d’âme pour se laisser la liberté d’explorer d’autres horizons musicaux. Le luthiste Thomas Dunford, adoubé par William Christie et les arts florissants, incarne complètement cette nouvelle génération. A la direction de son ensemble Jupiter, il invitait vendredi soir à Rougemont deux solistes pour une soirée autour des instruments à cordes pincées. En premier lieu la mandoliniste et musicologue Anna Schivazappa, spécialiste des mandolines anciennes.