Télévision

La RTS célèbre l’opéra toute la nuit

Pour la première fois, les lyricomanes pourront s’enivrer jusqu’à l’aube sur le petit écran, le soir de la Fête de la musique

Traditionnellement, le solstice d’été célèbre la Fête de la musique en plein air. Voici que la Radio Télévision Suisse fait entrer la voix, dans tous ses états, sur le petit écran des foyers romands. Une grande première télévisuelle, puisque les lyricomanes pourront s’enivrer d’opéra ce 21 juin dès 23 heures et jusqu’à 6 heures du matin le lendemain.

A l’origine de cette folle nuit chantante, une idée. «Faire quelque chose d’un peu spectaculaire autour de l’opéra.» Chantal Bernheim, directrice des relations extérieures et initiatrice de ce projet inédit, parle aussi de «mise en valeur du travail des Opéras de Genève et de Lausanne, de l’OCL et de l’OSR, des artistes invités et de la RTS».

Chaque année, un nombre conséquent de concerts (pratiquement tous ceux de l’OSR et de l’OCL sur Espace 2, notamment) et d’opéras de Suisse romande, contractuellement liés à la RTS (environ trois productions annuelles passent sous l’œil des caméras, parfois plus) bénéficient d’une captation.

Vivier classique local

Lausanne et Genève représentent un beau vivier classique. «Le problème avec les concerts, c’est qu’à la radio, on ne les voit pas. L’opéra, lui, peut captiver le public à tous les niveaux de perception», précise Chantal Bernheim. L’occasion était donc rêvée de raviver la mémoire lyrique romande par le biais d’une opération exceptionnelle de ce genre, qui a demandé un «énorme investissement d’énergie».

Au menu de cette Nuit de l’opéra, une trentaine d’airs ouvriront les feux, en deux volets. La dernière heure du dernier jour du printemps, et la première du premier jour de l’été, offriront en effet deux «best of».

Moments poignants

Pour Chantal Bernheim, le choix d’airs les plus connus de la quinzaine d’opéras enregistrés lors des trois dernières saisons «s’est imposé de lui-même». D’une soixantaine de minutes chacun, ces deux florilèges se voulaient plutôt légers. «Mais à l’opéra, le drame et la tragédie dominent largement. Les passages émouvants ou poignants ne manqueront donc pas. Pour la comédie, nous avons trouvé facilement de quoi réjouir l’humeur dans le Médecin malgré lui, la Belle Hélène ou Don Pasquale, par exemple.»

Reste une longue liste d’extraits, de quatre à sept minutes, tirés de moments mémorables choisis dans les productions de Manon, Alcina, La Wally, Les Contes d’Hoffmann, Iphigénie en Tauride, La Fille de Madame Angot, L’Elixir d’amour ou Médée.

Changement de registre à partir d’une heure du matin. Deux ouvrages se verront alors diffusés dans leur intégralité: Il Giasone de Cavalli sous la direction de Leonardo Garcia Alarcon et dans la mise en scène de Serena Sinigaglia à Genève, puis l’Orfeo de Monteverdi dirigé par Ottavio Dantone et mis en scène par Robert Carsen à Lausanne. De quoi ravir les oreilles et les yeux des mélomanes de tous horizons.


La Nuit de l’opéra. RTS mercredi 21 juin dès 23h.

Publicité