cinéma

Sacrée corrida pour la CIA

Un Américain happé par un piège diabolique dans «Sans Issue». Attention, film crétin

Comme chaque année, le jeune Will Shaw (Henry Cavill, beau ténébreux qui fut Thésée dans Immortels et sera bientôt Superman) rejoint ses parents en Espagne pour un peu de navigation de plaisance. Le père (Bruce Willis), attaché d’ambassade, n’est pas commode; Will a des soucis professionnels. Les vrais ennuis commencent lorsque des terroristes enlèvent sa famille. Seul dans un pays barbare où l’on ne parle pas américain, Will va se surpasser pour 1) sauver les siens et 2) démanteler une conspiration terroriste internationale.

Après «JCVD»

Mabrouk El Mechri avait surpris avec un premier film étonnant, JCVD, vrai faux portrait de Jean-Claude «aware» Van Damme relevant de l’absurde belge. Happé par Hollywood et broyé par la machine, le réalisateur ci-devant prometteur se retrouve à assembler la énième version d’une vieille machinerie paranoïaque: un innocent pris dans un piège diabolique, qui plus est en territoire ennemi: l’Espagne après Berlin pour Liam Neeson (Sans identité) ou Paris pour Harrison Ford (Frantic). La routine des fusillades, corps à corps mortels et poursuites en bagnole destructrices atteint des sommets d’invraisemblance gravitationnelle, balistique et psychologique. On dégomme à deux et à l’arme de poing un commando du Mossad… Poursuivie par toutes les voitures de police de Madrid, la méchante (Sigourney Weaver) lance son véhicule à travers la terrasse (déserte) d’un restaurant et trouve le temps de lancer un «wow» plein de ferveur adolescente en regardant valser les chaises…

Le crétinisme le dispute à la fétidité idéologique: ayant révélé de formidables talents de tueur, Will est sollicité pour reprendre le poste de son père au sein de la CIA – parce que, ô surprise, Bruce Willis ne s’occupait pas d’organiser les Concertos brandebourgeois à l’ambassade. En revanche, le pauvre ne pourra pas jouir du repos du guerrier, car la délicieuse Lucia qui lui vient en aide s’avère être sa sœur inconnue.

Sans Issue (The Cold Light of Day), de Mabrouk El Mechri (USA/Espagne 2012), avec Henry Cavill, Veronica Echegui, Bruce Willis, Sigourney Weaver, Caroline Goodall, Roschdy Zem. 1h33.

Publicité