Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Sarah Lund, incarnée par Sofie Gråbøl, figure de la conquête nordique du monde des séries.
© DR

Série d’été

La saga des séries TV: années 2000, un irrésistible essor

Pendant les années 2000, les séries conquièrent de nouveaux publics. Les phénomènes «Lost» et «Desperate Housewives» font bondir l’audience, et le genre mal vu, considéré comme un opium du peuple, entre à l’université

En ces années 2010, les séries constituent le genre audiovisuel majeur partout dans le monde. «Le Temps» évoque la petite histoire des feuilletons en sept décennies.

Précédents épisodes: 

Les années 2000 restent comme celles d’un premier triomphe global de la série TV. Dans de nombreux pays, les audiences augmentent, et la production de feuilletons se porte à merveille. Un nouvel âge d’or? Peut-être, mais il faut alors évoquer la qualité plutôt que l’écrasante quantité des feuilletons. Durant ces années 2000, les séries – surtout américaines, mais plus seulement – accaparent les grilles des chaînes de TV d’une manière outrancière. La saturation guette. Mais, en même temps, la qualité de bon nombre de fictions atteint des sommets.

De fait, grâce à leur écriture toujours plus sophistiquée, et surtout à leur audace à évoquer des thèmes sensibles, les séries se sont affranchies du grand frère, le cinéma. Hormis les acteurs, qui passent souvent du petit au grand écran, et quelques rares transfuges au niveau de la réalisation, les gens des feuilletons américains restent dans leur univers, où ils peuvent s’imposer en tant que créateurs.

Retrouvez tous nos articles sur les séries TV.

«The West Wing», la politique arrive dans les feuilletons

Aux Etats-Unis, cette décennie commence en 1999, avec, la même année, les mafieux névrosés des Soprano (jusqu’en 2007), les urgentistes de New York 911 et l’entourage présidentiel d’A la Maison-Blanche (The West Wing, close en 2006). Relecture grinçante du film de truands, plongée urbaine ou décorticage des rouages politiques: la palette s’élargit.

En 2001, la chaîne câblée HBO, source d’une réelle montée de la qualité des fictions depuis les années 1990 et déjà responsable des Soprano, lance Six Feet Under, sublime livre d’or d’une famille de croque-morts commençant par la mort du père. Une petite révolution freudienne dans le feuilleton sentimental, qui explore les béances et les incohérences des relations humaines, où souffrance, essais de vie et non-dits tissent la trame d’une chronique familiale unique.

Le destin d’un chef-d’œuvre, «The Wire»

La même chaîne rempile un an plus tard avec Sur écoute (The Wire), série policière dont chaque enquête occupe une saison entière sur un sujet – drogue, syndicats portuaires ou école –, au rythme lent et précis, d’une justesse radicale. Cette création de David Simon est régulièrement citée comme le chef-d’œuvre du genre – pour Le Temps, des critiques de séries des pays francophones l’ont consacrée meilleure série de l’histoire ce printemps. The Wire fait partie des feuilletons qui entrent à l’université.

Retrouvez notre classement des 50 meilleures séries.

HBO lance aussi Carnivàle, la grande dépression des années 1930 vue à travers une fête foraine. Puis surtout Deadwood, magistral anti-western dans lequel les crapules fondent les Etats-Unis, ainsi que Rome, décapante variation sur l’empire.

La concurrence fait rage. FX, une petite chaîne du câble, propulse Nip/Tuck, infâme et délicieuse histoire de chirurgiens esthétiques qui lance le créateur Ryan Murphy, et The Shield, journal d’une brigade de flics ripoux.

Les poids lourds «Lost» ou «Desperate Housewives»

Sans compter les poids lourds: Les experts, qui rénove le genre policier sur son versant scientifique; Cold Case, sur un plan psychologique; Alias (2001-2006), joyeux recyclage de la quincaillerie des films d’espionnage, par ailleurs tortueuse série familiale; Lost, ou le mystère absolu dans une narration postmoderne; Desperate Housewives, ou quand le soap-opéra est passé au désherbant; ou encore 24 heures chrono.

Cette déferlante américaine bouscule, mais ne trouve pas encore de réaction à sa mesure, sinon en Grande-Bretagne, autre pourvoyeuse de séries de qualité telles que MI: 5, dont 24 heures chrono devrait rougir, et The Office, satire de la vie de bureau qui sera adaptée dans plusieurs pays.

En France, un sursaut

Les chaînes françaises sont longtemps restées percluses dans leurs feuilletons consensuels. Mais un frémissement se fait sentir, avant le grand réveil des années 2010; avec Clara Sheller, heureusement inspirée par Sex and the City, une nouvelle création télévisuelle pointe. En même temps, le format à sketchs brille avec Kaamelott.

Le Québec apparaît sur les radars

Des régions apparaissent sur la carte des amateurs, en particulier le Québec. En 2005, Minuit, le soir, chronique désabusée du quotidien de videurs de boîtes de nuit de Montréal, bouleverse le genre psychologique en amenant les doutes et les craintes des hommes. La comédie de femmes, elle, a Les hauts et les bas de Sophie Paquin.

De 2004 à 2006, Les Bougon rigole dans un politiquement incorrect bien assumé, avec ces journées d’une famille qui pompe l’aide sociale sans vergogne.

Et survient le raz-de-marée scandinave…

Le 25 novembre 2007 a lieu un événement qui change à jamais la géographie créative des séries. Ce dimanche soir, la moitié de la population du Danemark – pas la part de marché TV; l’ensemble des habitants – regarde le dernier épisode de la première saison de Forbrydelsen (The Killing). Ce succès historique, dû à un changement majeur de politique de la chaîne publique DR, fait sensation partout dans le monde parmi les producteurs et diffuseurs de séries. Il se passe quelque chose en Scandinavie.

Notre reportage à Copenhague en 2013: Dans le creuset des séries danoises

Les années qui suivent confirment le raz-de-marée nordique, au point qu’on entendra des scénaristes anglais confier leur admiration pour les Danois, un comble pour cette grande île de fiction TV qu’est la Grande-Bretagne. Borgen et Bron/Broen, entre autres, confirmeront que le bouillonnement des feuilletons possède un nouveau creuset. Dans les années 2010, les foyers d’infection créatrice se multiplieront.

Dossier
La saga des séries TV

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps