Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Vue générale de la scène du Victoria Hall à Genève, avec l'Orchestre de la Suisse romande.
© SALVATORE DI NOLFI

Classique

La saison du premier siècle

Le chef britannique Jonathan Nott dévoilait vendredi le programme de la saison centenaire de l’Orchestre de la Suisse romande

C’est un souci de rassemblement qui prédomine dans la saison centenaire de l’OSR. On retiendra évidemment la semaine anniversaire de novembre, en compagnie des pianistes Pierre-Laurent Aimard et Lucas Debargue, de la soprano Sonya Yoncheva et du tromboniste Jörgen van Rijen.

Lire à ce sujet: Jonathan Nott à la croisée des chemins pour le centenaire de l’OSR

Des thématiques s’annoncent: trois concerts autour de Brahms et la deuxième école de Vienne, une intégrale des symphonies de Schumann avec Marek Janowski dans le cadre d’une traversée du romantisme allemand, un cycle Bartók, un retour aux origines à travers des concerts reliant Debussy, Ravel et Stravinski, et une plongée de plusieurs soirées en musique russe.

Au plan des artistes, Eliahu Inbal, Emmanuel Krivine, Simone Young, Susanna Mälkki, Pinchas Steinberg ou Jean-Jacques Kantorow viendront au pupitre pour accompagner le violoniste Renaud Capuçon, le flûtiste Emmanuel Pahud ou les pianistes Nelson Freire, Evgeny Kissin, Nicholas Angelich, ou Jean-Frédéric Neuburger pour les plus connus.

Une commande à Eric Montalbetti (le Concerto pour flûte «Memento Vivere») et une création suisse de James MacMillan constitueront le pan contemporain de la saison. On relèvera encore des nouveautés d’abonnements (thématique, Midis de l’OSR, famille et pass liberté), entre exposition photographique, recueil de nouvelles électroniques, illumination du Victoria Hall, street light orchestra, édition spéciale d’un coffret d’inédits, pavoisement du pont du Mont-Blanc ou nouveau graphisme en collaboration avec l’ECAL et la HEAD.

Reste enfin la tournée en Amérique du Sud, où l’OSR ira sur les traces de l’histoire forte qu’Ansermet entretint avec l’Argentine, et son mythique Teatro Colón récemment rénové.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps