La 85e édition du prestigieux Festival de Salzbourg (Autriche) débute dimanche. Cent quatre-vingt trois représentations de théâtre, d'opéra ou de concerts sont prévues jusqu'au 31 août: les mélomanes ont de quoi sustenter leur appétit vorace. L'affiche réunit notamment sept ouvrages lyriques comme l'été dernier.

Le premier, donné mardi prochain, entre en écho avec d'autres opéras du siècle dernier (Der König Kandaules de Zemlinski ou Die tote Stadt de Korngold) que le festival a eu le mérite de réhabiliter ces dernières années. Là encore, c'est une rareté. Die Gezeichneten (Les Stigmatisés) de Franz Schreker frappe par son audace. Né à Monaco en 1878, fils du photographe de la famille princière, ce compositeur austro-hongrois actif à Vienne a su forger une sorcellerie orchestrale. Nikolaus Lehnoff met en scène cette œuvre maîtresse des années 1910. Et Kent Nagano dirige le Deutsches Symphonie-Orchester de Berlin.

Pour les autres nouvelles productions, nous sommes en terrain beaucoup plus familier. Anna Netrebko (Violetta) et Rolando Villázon (Alfredo) se partagent les rôles titre dans La Traviata. La Flûte enchantée, dirigée par Riccardo Muti, se jouera aussi à guichets fermés. Le chef Marc Minkowski et le metteur en scène Günter Krämer s'emparent de Mitridate, re di Ponto en avant-goût de l'année Mozart en 2006. Mazeppa de Tchaïkovski par Valery Gergiev et Alceste de Gluck sous la baguette d'Ivor Bolton (tous deux en versions de concert) complètent le volet lyrique.

Près de 240 000 visiteurs sont attendus. Le budget avoisine 46 millions d'euros (71 millions de francs).

Rens. http://www.salzburgfestival.at