A l’été 2019, le scénariste et réalisateur Sam Levinson, alors âgé de 34 ans, a signé l’un des événements télévisuels du moment: diffusée par HBO, la première saison d’Euphoria, adaptée de la minisérie israélienne du même nom, a fait de lui la nouvelle coqueluche de la télévision d’auteur. Provocatrice, audacieuse, choquante, terriblement dans l’air du temps. La société de production dans le vent A24 Films, qui règne depuis quelques années sur le cinéma indépendant, est aux manettes, le rappeur Drake est coproducteur, et le scénario prend à bras-le-corps sans pudeur ni faux-semblants les problèmes de la jeunesse américaine contemporaine: sexualité, questions de genre, addiction…

Sur «Euphoria»: Anticorps ados