Une bouffée d’hélium en pleine crise sanitaire. Parce qu’ils ne sont rattachés à aucune structure, parce qu’ils travaillent au contrat ou au cachet, plasticiens et musiciens ont les ailes mazoutées. Pas de commandes, peu d’aides publiques. A Genève, le maire et ministre municipal de la Culture, Sami Kanaan, a annoncé mardi matin des mesures qui permettront à des artistes de reprendre leur vol.

Lire aussi: Sami Kanaan: «Aider les artistes est un investissement»