Né à Bagdad en 1955, Samir a émigré six ans plus tard pour la Suisse. Producteur et réalisateur engagé, il est devenu, de Filou en Babylon 2, une figure de proue du cinéma helvétique, évoquant par la fiction et le documentaire aussi bien les turbulences de la jeunesse zurichoise que la mélancolie de la diaspora irakienne. Dans le documentaire Iraqi Odyssey, il racontait les convulsions de l’Irak à travers les tribulations de sa famille. Il revient à cette histoire tourmentée par le biais de la fiction avec Baghdad in my Shadow, qui aborde frontalement les thèmes de la libération féminine, de l’homosexualité et de la religion.

Lire aussi: Les longues ombres de l’Irak dans «Baghdad in my Shadow»