Les signes ne trompent pas. Au moment où paraît en traduction anglaise le livre de Maria Stepanova In Memory of MemoryEn mémoire de la mémoire»), Les Belles Lettres publient la traduction de l’ouvrage d’Irina Flige, Sandormokh. Le livre noir d’un lieu de mémoire. Sandormokh est une sorte de lieu-dit situé dans une forêt de Carélie où les autorités firent fusiller et enterrer subrepticement dans des fosses communes plusieurs milliers de victimes au cours de l’automne et de l’hiver 1937-1938 lors d’une des purges staliniennes de l’époque (qui firent en tout près de 800 000 victimes).

Lire aussi: La Russie en proie à ses démons, par Mikhaïl Chevelev