Scène

Sandrine Kuster dirigera le Théâtre Saint-Gervais

Après avoir dirigé pendant quatorze ans l'Arsenic de Lausanne, cette productrice inspirée succédera à Philippe Macasdar à la tête de maison genevoise

Changement de casting général à Genève. Après la nomination de Natacha Koutchoumov et de Denis Maillefer à la tête de la Comédie - ils prendront leurs fonctions cet été- c’est au tour de Sandrine Kuster de se voir confier les manettes du Théâtre Saint-Gervais. Ce choix est lui aussi a priori une bonne nouvelle pour la vie artistique genevoise. Elle succédera au mois de juin 2018 à Philippe Macasdar, cet ardent qui aura su en vingt ans donner une identité remarquable au bâtiment de la rue du Temple.  

Philippe Macasdar pouvait-il d'ailleurs rêver successeur plus accordé à sa vision de la scène, à la fois érudite et attentive aux formes nouvelles? Aux commandes de l’Arsenic à Lausanne pendant près de 14 ans, Sandrine Kuster a su aussi bien bien lancer des artistes en devenir - certains à peine sortis de la Haute Ecole de théâtre de Suisse romande - qu’accueillir des créateurs confirmés, le metteur en scène bernois Milo Rau par exemple. Ses talents? Favoriser  les aventures esthétiques novatrices. Entretenir des liens forts avec les acteurs culturels de la région - Vincent Baudriller, le directeur du Théâtre de Vidy notamment. Posséder un carnet d’adresses enviable, en Suisse et à l’étranger.

C’est que la productrice a du métier. Ses premières armes, elle les a faites au Théâtre de l’Usine à Genève qu’elle a ouvert en 1989. Puis au Festival de la Bâtie où elle a été chargée de la programmation théâtrale. Son profil, son projet ont convaincu le Conseil de fondation du Théâtre Saint-Gervais. Quelque 51 candidats avaient déposé leurs dossiers. Quatorze ont été sélectionnés pour une première audition. Au dernier tour, ils étaient encore trois en lice. Sandrine Kuster a tout pour s’entendre avec le duo de la Nouvelle Comédie. Et si cette nomination était les prémices d’une politique théâtrale enfin concertée à Genève?

Publicité