Portrait

Sandrine Kuster, l’action directe

Elle a emmené l’Arsenic, à Lausanne, pendant près de quinze ans. Depuis juillet dernier, c’est au Théâtre Saint-Gervais, à Genève, qu’elle applique son pragmatisme joyeux et inspiré. Portrait d’une directrice au service des artistes

Marion Duval, Renée Van Trier, Audrey Cavelius ou encore Agnés Mateus, artiste catalane qui torpillera le machisme des contes de fée la semaine prochaine… Faire le portrait de Sandrine Kuster, nouvelle directrice du Théâtre Saint-Gervais, revient à parler directement des fortes personnalités à l’affiche de sa première saison. C’était déjà le cas lorsque la quinquagénaire, blondeur de rockeuse sur pantalon noir, dirigeait l’Arsenic, à Lausanne. De 2003 à 2017, durant ses années à la tête de cette scène contemporaine qui a été totalement rénovée sous sa direction, la programmatrice a toujours préféré évoquer ses projets plutôt que sa fonction. On la rencontre dans son nouveau chaudron genevois, au milieu de son équipe de treize personnes qu’elle qualifie de «formidable», peu avant l’ouverture officielle de ce vendredi qui promet des étincelles. Elle ne déroge pas à sa réputation.

«Ce que je souhaite à Saint-Gervais? Toucher un large public. Pour cela, j’ai imaginé une programmation coups de cœur avec des reprises de spectacles qui ont fait date, des créations locales, et des artistes puissants qui, souvent, se produisent en solo. Le solo, surtout s’il restitue du vécu, est une bonne manière de toucher les gens.» Sandrine Kuster est ainsi. Elle pense liens, rencontres, transmission avant de penser thématiques, résidences, sélection. «J’aime trop le théâtre pour l’inféoder. Quand on détermine une thématique, on est obligé de s’y plier. Je veux rester libre pour montrer les propositions qui me font réfléchir, rire et frémir.»

«Zadiste» et porno-activiste

Il y a tout de même un fil rouge dans son affiche: Marion Duval, TNT des plateaux, souris qui avale l’éléphant en un coup de dent. Par quatre fois, la rebelle mordra dans la pomme de Saint-Gervais. «Marion a un rapport très frontal à la salle. Quand elle regarde le public, elle le regarde vraiment et propose des objets qui sont aussi pertinents que détonants», savoure Sandrine Kuster. Cette saison, par exemple, l’artiste créera Cécile, le portrait d’une superactiviste des temps modernes qui, des zones à défendre (ZAD) à l’alimentation en passant par le porno et l’écologie, se mobilise sur tous les fronts. «Comme le plateau de Saint-Gervais n’est pas très grand avec ses huit mètres sur dix, la forme solo convient parfaitement», observe la nouvelle directrice.

Lire aussi: A Saint-Gervais, Sandrine Kuster célèbre la rébellion

Renée Van Trier, avec son épopée fantastique sur la maternité, en tirera parti en octobre. Idem avec Emilie Charriot, qui dira Passion simple d’Annie Ernaux en novembre, ou l’incroyable Jonathan Capdevielle, qui parlera des fins de nuit chaotiques en décembre. Sans oublier le savant fou Joël Maillard, qui se citera, mort, dans Imposture posthume, en avril prochain…

Le brouillage des frontières

On le voit, même si elle refuse l’idée d’une ligne contraignante, Sandrine Kuster a tout de même une affection récurrente: le brouillage des frontières. «Et si, dans un futur proche, les hommes et les femmes mutaient aussi facilement que nous faisons fondre un glaçon?» s’interrogera dans ses murs Guillaume Béguin en octobre. Titre à jamais provisoire, c’est le nom de son spectacle, commence sa route à Vidy-Lausanne dès la semaine prochaine.

C’est que, à l’image de Philippe Macasdar, directeur sortant et salué de Saint-Gervais, Sandrine Kuster poursuit la logique des coproductions qui permettent de mieux financer un projet. Cette année, l’Arsenic, le Grütli, la Comédie de Genève, le Théâtre populaire romand, La Bâtie et Antigel sont autant de structures qui cosignent des spectacles avec elle. «Dans ce métier, on ne fait rien tout seul. Si j’ai une fierté, c’est celle de me mettre au service des artistes en imaginant des soutiens conjoints.»

Père chauffeur de bus

A quoi Sandrine Kuster doit-elle ce mélange d’audace et de pragmatisme? «Sans doute à mon ancrage populaire. J’ai grandi dans la cité genevoise du Lignon entre un père chauffeur de bus et une mère ouvrière. J’ai été élevée dans le principe du travail bien fait, de la ponctualité et de la politesse. Rien de bien révolutionnaire!» Pourtant, la programmatrice a cofondé avec Eveline Murenbeeld le Théâtre de l’Usine en 1989, scène à l’œuvre dans le célèbre espace alternatif du même nom.

Comment la jeune fille sage s’est-elle muée en mordue de la scène? «Le déclic a eu lieu au Collège Voltaire, un lycée de la rive droite qui, aujourd’hui encore, cultive un esprit avant-gardiste et artistique.» Dans ce gymnase, l’adolescente découvre les joies du théâtre grâce à un professeur passionné. Surtout, elle fait LA rencontre qui a changé sa vie: Eveline Murenbeeld, justement, collégienne comme elle et future directrice des Basors, compagnie qui a cartonné dans les années 1990 à Genève avec un travail de poésie sonore. Après avoir suivi l’Ecole de théâtre Serge Martin, Sandrine y dit les mots de Georges Perec et d’Olivier Cadiot. «J’ai aimé jouer, mais j’ai très vite compris que la programmation m’apporterait plus de satisfaction.» Dès lors, après l’aventure de l’Usine et un séjour édifiant en Afrique du Sud, la passionnée des planches assure la programmation théâtre du festival La Bâtie, à Genève, dès 1999, avant de prendre la direction de l’Arsenic, à Lausanne, en 2003, puis celle de Saint-Gervais en juillet dernier.

Lire aussi: L’Arsenic, nouveau théâtre des opérations

Sandrine, on t’aime!

«On l’apprécie pour la clarté de ses positions et sa bienveillance. Même quand elle n’aime pas un travail, elle est toujours très encourageante», observent à l’unisson les artistes romands. Impossible de trouver un avis dissonant. Et ce n’est pas Angèle, sa fille adolescente, qui dira le contraire. Sandrine Kuster a les idées larges et le cœur content.


Profil

1966: Naissance à Bâle, enfance genevoise.

1989: Cofondatrice du Théâtre de l’Usine, à Genève.

1999: Programmatrice théâtre du festival La Bâtie.

2003: Directrice de l’Arsenic, à Lausanne.

2018: Directrice du Théâtre Saint-Gervais, à Genève.

Publicité