De prime abord, on peut juger que Les Sauvages, la série, est moins originale que Les Sauvages, le roman. Au moins dans ses débuts. Le roman du jeune Sabri Louatah, 29 ans alors, publié en 2012, reposait sur un choix catégorique. Pour conter l’accession à la présidence française d’un candidat d’origine maghrébine, aussitôt victime d’une agression, le Stéphanois – qui raconte beaucoup Saint-Etienne – suivait de près le déroulement d’un mariage dans la communauté. Les fiertés, les tensions, les jalousies. On suit entre autres le parcours de Krim, jeune paumé, et celui de Fouad, devenu acteur vedette.

Lire aussi: Les écrivains, scénaristes de demain?