Alexandre Farel, un brillant jeune homme apparemment sans histoire, a (aurait) violé Mila Wizman – la fille du nouveau compagnon de sa propre mère – après une soirée d’excès et dans le cadre d’un stupide bizutage. La victime dénonce son agresseur, qui se retrouve aux assises. Contrainte? Consentement? Se référant bien évidemment au mouvement #MeToo, ce thème délicat et douloureux se trouve au cœur du dernier livre de Karine Tuil, Les Choses humaines. L’auteure s’est inspirée de l’affaire dite de Stanford, qui a soulevé les passions aux Etats-Unis en 2016. Lauréate du Prix Interallié 2019 et du Goncourt des lycéens, elle sera l’invitée de la soirée d’ouverture du festival Fureur de lire, qui se tiendra à Genève du 21 au 24 novembre.

Lire aussi: Trouble histoire de doubles