Genre: jazz
Qui ? Mel Tormé
Titre: Swings Shubert Alley/Back In Town
Chez qui ? (Phoenix/Musikvertrieb)

A qui n’aurait jamais été confronté à l’organe hautement improbable de Mel Tormé, il manquerait une dimension importante à sa perception du jazz vocal: celle d’une folie douce, où le velouté d’un timbre embrumé qui lui a valu le surnom de «Velvet Fog» lutte avec les bourrasques pudiquement comprimées d’une fringale de scat à peu d’autres comparable.

Un conflit qu’il a tenté de résoudre par la formation du quatuor vocal des Mel-Tones, à l’œuvre dans le second des deux disques ici reproduits dans leur intégralité. La voix du soliste, dans ce Back In Town de la toute fin des «fabulous fifties», tour à tour se fond dans la pâte vocale et s’en détache selon un dosage subtil et au gré d’une sorte de chorégraphie sans images dont le premier Frank Sinatra a pu lui donner l’exemple au sein des Pied Pipers de Tommy Dorsey. Autant dire que l’arrangeur Marty Paich, réquisitionné pour les deux séances, se régale et, oui, s’éclate, lui l’orfèvre racé: à l’élasticité sauvage des vocalises de Tormé, imparable dans tous les contextes (on l’a entendu duettiser délicatement avec le clavier de George Shearing un jour et tenir en respect le big band survolté de Buddy Rich le lendemain), s’ajoute une clarté d’élocution quasi translucide. Pas une syllabe, dans cette heure et quart de musique bien tassée, qui reste dans le flou – et Art Pepper n’a plus qu’à laisser glisser les coups de lame de sa sonorité acérée sur ces surfaces obsessionnellement polies.