Ceux qui la captaient à l’aube, entre la cuisine et le lavabo, ne soupçonnaient pas le chaos. Le coup de feu de 6h, le chroniqueur en retard, la panique maîtrisée quand s’allume le voyant rouge et qu’il faut lire la météo. Animatrice de la Matinale sur Couleur 3 durant deux ans et demi, fidèle des Dicodeurs depuis huit, Laura Chaignat est entrée dans la vie des Romands par le micro. Une voix reconnaissable à son sarcasme assumé et ses «r» légèrement râpés, qui passe aujourd’hui de la radio à la scène. Transformée en studio… aux colonnes corinthiennes. Parce qu’avant les prouesses hertziennes, Laura Chaignat avait des rêves de théâtre. De tragédie grecque. D’un jour incarner Phèdre, cette héroïne de Racine aux amours interdites sur les planches du Théâtre de Vidy. Mais comment avoir les moyens de ses ambitions quand on n’est pas née au bon endroit? Dans Presque Phèdre, son premier spectacle largement autobiographique, la Jurassienne raconte son terreau avec tendresse pour explorer les rêves qui nous portent, et ceux qui se perdent.