Etait-il possible qu'un lieu aussi incroyable que le CERN puisse fêter son demi-siècle sans que des artistes soient inspirés par ce mystérieux laboratoire des secrets de la matière? Sous le titre Particules accélérées, la commissaire d'exposition Laura Györik Costas a donc réuni au Forum Meyrin – Meyrin est la commune genevoise qui abrite le CERN – des œuvres dont la majorité ont été créées pour l'occasion. Mieux, elle a organisé deux soirées de performances où images et musique se mêlent.

Visitons d'abord le «Salon des matières». En hommage au World Wide Web conçu au CERN, c'est l'informatique qui relie les différents travaux présentés ici. Ce qui explique la présence d'une réactualisation de Raoul Pictor, installation interactive d'Hervé Graumann, et de la vidéo Datatown, du collectif FACT. Plus neufs et plus intéressants en la circonstance, les dessins de Joëlle Flumet ont, outre l'intérêt d'avoir été créés sur ordinateur, celui de traiter de la curiosité, notion intrinsèque à la science. Ces huit dessins, regroupés sous le titre de Voyance, sont issus «d'une réflexion sur le désir de voir et le désir de savoir, l'un étant intimement lié à l'autre», explique l'artiste. Une femme qui scrute son image debout sur une table-miroir, un homme qui photographie une femme dans une pose dénudée sur un lit, une étrange expérience de science de salon… autant de scènes qui invitent à un va-et-vient passionnant entre elles.

Danse des paramécies

On verra aussi les nouvelles photographies de Michel Huelin, de la série Biocenosis. Ces touffes géantes d'herbe verte sur fond rosé ont été traitées par ordinateur avec un logiciel 3D et elles sèment un flou tout à fait riche entre flore et faune. Mais la science n'a-t-elle pas montré qu'au niveau de l'infiniment petit, les différences sont autres? Plus anciens, les clichés de Nicolas Faure et de Pierre-Philippe Freymond évoquent plus directement le lieu même de la recherche. Le premier a pris, en 1997, des photographies de la grande machine du LEP, antre aux écheveaux de câbles colorés. Le second a choisi d'installer dans un caisson lumineux, comme pour mieux pointer son étrangeté, la photographie d'une maisonnette bardée de mises en garde liées aux dangers du nucléaire, qui semble perdue dans la nature.

Au «Salon des particules», on peut voir en boucle les traces des performances du 12 octobre, et notamment la danse des paramécies orchestrées par Basile Zimmermann et Pierre-Philippe Freymond et le montage très sensible d'Ulrich Fischer. Les artistes se sont manifestement distanciés de la matière première qu'ils se sont vu proposer, soit des enregistrements sonores et visuels ramenés des entrailles du CERN par Vincent Hänni et Dimitri Delcourt. Qui ouvriront eux-mêmes la seconde soirée, prévue le lundi 25 octobre. Rudy Decelière complétera leur prestation avec une performance sonore.

Particules accélérées au Forum Meyrin, pl. des Cinq-Continents 1, tél. 022/989 34 00. Ma-ve 16-19h, sa 14-18h, et les soirs de spectacles. Jusqu'au 3 novembre. Performances lu 25 oct. à 20h.