Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Portrait de Sébastien Vuignier.
© Carine Roth pour Le Temps

Portrait

Sébastien Vuignier, agent positif

Ancien programmateur de l’Usine genevoise et du Paléo, le Valaisan a fondé l’agence Takk, avec laquelle il fait tourner Muse ou Radiohead en Suisse

A l'occasion de ses 20 ans, Le Temps propose sept explorations thématiques, sept causes. Ces prochaines semaines, nous nous intéressons au boom de créativité qui anime la Suisse depuis quelques années. Cette semaine une série de portraits de programmateurs musicaux:

Lire aussi: David Torreblanca, au service des spectateurs

Notre page spéciale: La créativité suisse

En arrivant en avance à notre rendez-vous avec «Séb» Vuignier dans un café lausannois, on pensait disposer de temps pour réviser nos notes à son sujet. Mais non: assis dans un fauteuil disposé face à l’entrée, l’agent nous attendait, manières aimables et lunettes de garçon sage. «On se met dehors?» Un café plus tard, on interroge sur sa course impeccable ce Valaisan devenu loup blanc du live business en Suisse. «Je n’ai jamais eu de plan de carrière, prévient-il. A l’origine, je pensais devenir journaliste.» Le voilà à présent occupé à faire tourner Queens of the Stone Age, Warhaus ou Algiers dans les festivals de l’été.

Qui fréquente concerts ou festivals pop-rock à Genève ou Berne a forcément un jour croisé le patron de Takk – «généralement au fond de la salle et pas loin du bar», comme il le précise. Passionné, réputé infatigable, le résident sédunois, 47 ans, grandi avec Pixies en toile de fond, compte parmi les figures les plus fiables d’une profession confrontée à d’importants changements. Des bouleversements autour desquels il est régulièrement invité à prêter son expertise par les médias romands. D’abord parce que son agence lancée en 2009 fait jouer chez nous un nombre ahurissant de talents indés prometteurs ou confirmés, de Jorja Smith à Arctic Monkeys. Ensuite parce que son parcours mené au sein de structures culturelles fameuses l’a amené à observer la course du music business de l’intérieur depuis vingt ans.

Les mains dans le cambouis

«J’ai débuté par le bénévolat, résume Séb Vuignier, en tirant des bières derrière le bar de l’Usine, à Genève, puis en devenant tour manager du groupe genevois Maniacs. Pour eux, je faisais tout: décharger et remballer le matériel, conduire le bus, encaisser le paiement. Ça m’a formé aux coulisses de ce métier et m’a fait découvrir tous les clubs de Suisse.» Jusqu’à ce qu’en 1996 Eric «Polar» Linder, fraîchement nommé programmateur du festival de La Bâtie, lui propose de le remplacer à l’Usine PTR. «Je suis devenu programmateur sans même savoir à combien se monte un cachet d’artiste», s’amuse-t-il. Pas grave. Il apprend vite. «Booker» un groupe, rédiger un contrat, organiser la promo d’un concert, faire imprimer et coller des affiches ou préparer un catering devient son quotidien durant trois ans passés place des Volontaires. «J’avais un mi-temps à l’Usine, mais j’y passais ma vie», se souvient-il. Une existence poursuivie, à 23 ans, constamment sous pression, mais dans l’exaltation du succès – et «quelques gueules de bois successives aux flops, aussi».

«A l’Usine, j’avais constamment les mains dans le cambouis, assure-t-il. En rejoignant une structure plus importante, je ne mesurais pas que j’aurais moins de latitude.» La «grosse boîte», c’est Nouba, agence créée par Paléo et que dirige Marc Ridet. Pour agréments: voyages et concerts à l’autre bout du monde. Pour contrainte: une activité limitée au booking. Le Valaisan se sent «à l’étroit». Patrick David, manager de Sophie Hunger, lui offre alors la programmation du Cargo, salle de spectacle éphémère créée pour Expo.02. Il fonce. Et qu’importe si, une fois le raout achevé, son contrat à durée déterminée expire. «Là, Daniel Rossellat m’a proposé de revenir à Paléo et de seconder Jacques Monnier à la programmation. Durant six ans, ça a été hyper-enrichissant et créatif. J’ai aussi appris à prendre de la distance avec les critiques que chaque programme suscitait. Ironiquement, c’est aussi à cette époque que les amis de mes parents ont compris ce que je faisais. Avant, ils me croyaient saltimbanque», rigole-t-il.

Catalogue anglo-saxon

Pas encore 40 ans, aucune charge de famille et une «grosse envie» d’entreprendre de «nouvelles choses»: après des mois de réflexion, Séb Vuignier lâche Paléo pour lancer son agence. «Tu es fou!» lui jurent les pros romands. «Travaillons ensemble», proposent ses homologues alémaniques. «J’ai quitté le festival en excellents termes, déclare-t-il, commençant en 2009 avec un petit catalogue constitué d’artistes anglo-saxons qui me faisaient confiance. Pour le reste? J’ai travaillé dur.» Jusqu’à ce que la chance s’en mêle en 2011 quand, dans un pub de Brighton, le manager de Muse lui propose de faire tourner le trio en Suisse. Réponse: oui! Et cela malgré l’énorme prise de risque que la production d’un concert de stade laisse supposer.

A lire: Le géant Muse dans «l’intimité» de l’Auditorium Stravinski

«Que les choses se passent un tout petit peu mal, et les conséquences financières auraient pu être dramatiques, reconnaît-il. Mais le risque, c’est l’ADN de ce métier. Et puis refuser cette opportunité, c’était me condamner à stagner.» En juin 2013, Muse remplit le Stade de Suisse. Trois ans après, Séb fait successivement jouer le groupe sur les scènes de Montreux, Paléo et Gurten. Depuis? «Le statut de Takk est conforté», élude-t-il. Le quittant, on l’interroge une dernière fois. Quel groupe aimerait-il produire? «Je travaille avec Radiohead, qu’est-ce que je pourrais faire de mieux… Nick Cave? J’adorerais, mais je suis aussi heureux d’aller le voir jouer sans avoir à bosser!»


Profil

1970 Naissance à Sion.

1996 Devient programmateur de l’Usine, à Genève.

2001 Chargé de la programmation du Cargo, salle de spectacle d’Expo.02 sur l’arteplage de Neuchâtel.

2009 Après six ans à la programmation du Paléo, lancement de l’agence Takk Productions.

2016 Fait tourner Muse au Montreux Jazz, au Gurten et au Paléo.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a