Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Jacki Weaver, qui incarne la ministre de la Justice, et Anna Torv, la journaliste, dans les couloirs du bâtiment de l’exécutif à Canberra.
© Netflix

Fiction tv

«Secret City», l’Australie prise en tenailles entre Chine et Etats-Unis

Après le dévoilement récent de «Picnic at Hanging Rock», une autre mini-série australienne est montrée ces jours. Un brillant thriller politico-diplomatique

Quand il est question d’affrontement, sur un terrain tiers, des Etats-Unis et de la Chine, l’affaire se révèle évidemment lourde. Dans cette période un peu australienne, deux semaines après le dévoilement par Canal+ de Picnic at Hanging Rock, Netflix a mis en ligne il y a quelques jours Secret City, une mini-série de 2016.

Anna Torv (Fringe, Mindhunter), excellente dans le registre du thriller, incarne une journaliste. Qui fait de l’aviron; et c’est ainsi que tout commence. En ramant un matin, elle voit une scène de crime sur le rivage, dans sa ville, la capitale Canberra. Le corps d’un jeune homme éventré. Elle apprend vite qu’il est lié à l’ambassade de Chine.

Lire aussi: «Picnic at Hanging Rock», dramatique déjeuner sur l’herbe en Australie

Un gouvernement divisé

En parallèle, une photo potentiellement compromettante de l’actuel ministre de la Défense est dévoilée, elle le montre, il y a vingt ans, arrêté lors d’un séjour à Pékin. Serait-il sous influence, par chantage, des Chinois? Tout l’indique selon sa collègue de la Justice, laquelle défend le lien privilégié avec les Américains. Histoire de compliquer la donne, la période politique est marquée par une Australienne qui s’est immolée pour le Tibet, et qui serait enfermée dans une prison chinoise…

En six épisodes, l’intrigue, complexe, est nouée avec talent et acuité. La série est écrite par un collectif de scénaristes qui adaptent des romans de Steve Lewis et Chris Uhlmann. Outre la présence, intense, d’Anna Torv, la mini-série a pour elle sa construction par volets parallèles.

Retrouvez tous nos articles sur les séries TV.

Du point de vue de la journaliste comme de l’Etat

L’investigation de la journaliste n’est qu’une partie de la grande équation, dont le spectateur profite par une vue d’ensemble – ce qui ne simplifie pas pour autant le propos. Les intrigues au sein même du gouvernement, et avec l’ambassade de Chine, ajoutent des tensions additionnelles à celles du travail de l’héroïne.

Si la dimension politique demeure un peu en retrait face aux impératifs du suspense, le résultat débouche sur un thriller intelligent, à l’image de sa prédécesseure australienne, The Code. Bonne nouvelle, une deuxième saison de Secret City est en préparation.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps