Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Electro

Seefeel, «Seefeel»

(Warp/Musikvertrieb) Au début des années 90, Mark Clifford et Sarah Peacock proposaient la synthèse de ce qu’il est convenu de nommer «shoegaze» (pensez aux vagues de guitare de My Bloody Valentine) et d’une rythmique électronique qui pouvait passer pour une variante décantée de ce que produisaient leurs collègues de chez Warp: effet de nimbe solaire garanti.

Genre: Electro
Qui ? Seefeel
Titre: Seefeel
Chez qui ? (Warp/Musikvertrieb)

Au début des années 1990, Mark Clifford et Sarah Peacock proposaient la synthèse de ce qu’il est convenu de nommer shoegaze et d’une rythmique électronique qui pouvait passer pour une variante décantée de ce que produisaient leurs collègues de chez Warp: effet de nimbe solaire garanti. Après 15 ans de silence créateur – abstraction faite d’un EP d’annonce l’an passé –, Seefeel fait retour avec une esthétique passablement modulée. L’identité onirique du duo est brutalisée: les nappes des origines sont hachées en fragments acides, comme rongées par un soleil beaucoup plus vicieux que celui de 1995. Passer de l’enveloppement à la confrontation est un pari audacieux: il est ici plutôt réussi.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps