Fiction TV

«Le Seigneur des anneaux», le plan ambigu d'Amazon

Avec le patron Jeff Bezos en première ligne des négociations, Amazon Vidéo a décroché les droits du Seigneur des anneaux pour une future série. Un pari à la fois risqué et tranquille afin de viser le siège de Game of Thrones

Changement de stratégie. Variety a révélé le week-end dernier qu’Amazon, avec le patron Jeff Bezos en personne sur le front des négociations, a acquis les droits du Seigneur des anneaux auprès des descendants de J. R. R. Tolkien et Warner, détentrice de la franchise depuis le premier film de Peter Jackson en 2001. Le magnat de la vente en ligne serait fan de fantasy.

L’objectif est de créer une nouvelle série, d’envergure, d’après les romans de l’Anglais. Certains parlent d’un montant de 200 millions de dollars pour ces droits, ce qui paraît discount; grâce aux sagas de Peter Jackson, on estime que Warner a engrangé trois milliards de bénéfices. Mais le montant est évidemment avant tout un début d’esquisse de scénario.

La polémique sur la commercialisation de la saga: Tolkien, l’anneau de la discorde

Jusqu'ici, une stratégie de niche

Amazon s’est lancé comme plateforme vidéo avec une tactique originale. Là où Netflix avait fait irruption en plongeant ses moonboots dans le plat du cynisme politique avec House of Cards, le service vidéo du site de vente a choisi des niches, bien précises: la lente adaptation du Maître du Haut Château de Philip K. Dick, un peu de transgenre avec Transparent, une minisérie de Woody Allen restée confidentielle, du féminisme complexe dans I love Dick… Aucun de ces feuilletons n’a la capacité de fédérer largement. Amazon a choisi le ramdam dans certains publics, et la haute cote médiatique.

Lire aussi: Avec sa série «I Love Dick», Jill Soloway impose une écriture, féminine et unique

Des centaines de millions de désespérés à nourrir

Le Seigneur des anneaux, c’est une autre histoire. On aura l’occasion de se demander comment reprendre après Peter Jackson. Dans l’immédiat, c’est le trône qui est visé. Celui de fer, bien sûr, même si les univers de J. R. R. Tolkien et de George R. R. Martin n’ont aucun rapport, c’est bien le futur Game of Thrones que les stratèges des services vidéo par abonnement ont en tête.

Au printemps 2019, à la fin de la huitième et ultime saison, les centaines de millions de résidents moraux de Westeros auront un bourdon tenace, et les distributeurs de fiction TV s’activent pour la relève. Un retour à Tolkien paraît à la fois risqué et peinard, tant les pérégrinations des Hobbits sont déjà populaires. C’est l’ambiguïté de cette nouvelle stratégie d’Amazon.


Retrouvez tous nos articles sur les séries.

Publicité