En panne d'idées pour vos cadeaux de Noël? «Le Temps» vous en propose une liste sélectionnée par la rédaction.

SCIENCES

1. Retour en Terre de Feu

Envoyé au Chili en 1912, le missionnaire allemand Martin Gusinde va tirer des milliers de clichés de ses rencontres avec des peuplades oubliées. Un fantastique voyage visuel aux frontières du monde et du temps. Des corps, nus pour beaucoup, mais peints pour incarner les esprits. Des visages, bruts, d’hommes, de femmes, d’enfants à la peau brûlée par le soleil austral. Plus d’un millier de clichés en noir et blanc, qui témoignent de l’existence de peuplades oubliées: les Selk’nam, Yamana et autres Kawésqar de la Terre de Feu. Un recueil émouvant pour un fantastique voyage dans un chapitre de l’histoire de l’homme, écrit, ou plutôt imagé, par Martin Gusinde.

Ce missionnaire allemand (1886-1969), envoyé au Chili en 1912 et qui s’est vite passionné pour les sciences humaines, l’archéologie et l’anthropologie, est l’un des rares Occidentaux à avoir pu séjourner entre 1918 et 1924, avec ces populations vivant de rien sur l’extrémité du continent américain, au point d’être introduit à leurs rites initiatiques. De ces expériences de terrain, de ces périodes en immersion dans ces sociétés de culture essentiellement orale, aujourd’hui disparues, il a ramené, grâce à sa chambre photographique portable, une galerie de portraits, laissant peu de place aux paysages et encore moins à des séquences de vie quotidienne, et constituant une sorte d’arbre généalogique et social établi à la mémoire des habitants de cette finis terrae.

En résulte, par une sélection de 250 de ces vieilles photographies, un magnifique voyage visuel et temporel qu’accompagnent plusieurs textes éclairants. Dont celui de Christine Barthe, responsable de l’Unité patrimoniale des collections photographiques au Musée du quai Branly, qui présente une histoire de la représentation des Indiens de la Terre de Feu dans l’imaginaire occidental, des premiers récits de l’expédition de Magellan, en passant par les dessins de Charles Darwin. Ou, d’abord, celui de Dominique Legoupil, archéologue du CNRS français, qui raconte comment les premiers humains sont parvenus sur les archipels de Patagonie et de la Grande Ile de Terre de Feu, et comment deux types de civilisations, chasseurs-cueilleurs et marins nomades, ont peuplé ces territoires. Un exceptionnel document anthropologique. (Olivier Dessibourg)

Martin Gusinde (direction d'ouvrage : Christine Barthe, Xavier Barral), « L'Esprit des hommes de la Terre du feu ». Editions Xavier Barra. 295 p.


2. «La 6e Extinction»

Il y a eu cinq extinctions massives d’espèces depuis le début de la vie sur Terre. Et si l’être humain, en bouleversant les écosystèmes et le climat, était en train d’en causer une sixième? Pour répondre à cette question, la journaliste américaine Elizabeth Kolbert a mené l’enquête de la forêt tropicale amazonienne à la grande barrière de corail australienne, en passant par le musée d’histoire naturelle de Paris. Un travail récompensé par le Prix Pulitzer. (Pascaline Minet)

Elizabeth Kolbert, « La 6e extinction », La librairie Vuibert, 349 p.


 3. «Patrimoine naturel de Suisse»

L’Inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels d’importance nationale (IFP) réunit un total de 162 régions insolites du pays: des mondes alpins aux steppes sèches, en passant par de mystérieux marais, des régions karstiques étranges ou encore nos fameux vignobles en terrasses. Une somme de référence (photos remarquables, cartes instructives, textes courts et efficaces) pour redécouvrir la Suisse. (P. M.)

Raymond Beutler, Andreas Gerth, « Patrimoine naturel de Suisse », Haupt, 388 p.


4. «Les naturalistes suisses»

A l’occasion de son bicentenaire en 2015, l’Académie suisse des sciences naturelles a chargé des historiens de retracer l’existence d’une quinzaine de naturalistes helvétiques. L’ouvrage savant mais accessible permet de découvrir des personnalités aussi passionnantes que méconnues, dont Clémence Royer, féministe et traductrice de Darwin, et les frères Sarasin de Bâle, partis étudier l’embryologie des pachydermes à Ceylan au XIXe siècle. (P. M.)

Patrick Kupper, Bernhard C. Schär, « Les naturalistes », Hier und Jetzt, 305 p.


5. «Une course contre la montre»

Eminent virologue, le Belge Peter Piot consacre sa vie au combat contre les pires virus, ceux responsables du sida et d’Ebola (dont il est par ailleurs le co­découvreur). A la lecture de ce récit sur sa vie, on se rend toutefois compte que l’une de ses plus grandes luttes a sans doute été, lorsqu’il était président de l’Onusida, de mobiliser la communauté internationale pour attirer l’attention et les fonds sur ces maladies parties d’Afrique qui n’intéressaient personne. (Fabien Goubet)

Peter Piot, « Une course contre la montre », Odile Jacob, 410 p.


6. «Le coup de la girafe»

De l’humble bousier, qui s’oriente grâce aux étoiles, aux hyènes femelles qui disposent – qui l’eût cru – d’un clitoris en forme de pénis, les animaux de la savane nous réservent leur lot de surprises. Spécialiste des écosystèmes, le jeune biologiste Léo Grasset présente dans ce livre quinze exemples qui font d’abord sourire, et réfléchir ensuite quant aux questions qu’ils suscitent. (F. B.)

Léo Grasset, « Le coup de la girafe », Seuil, 137 p.


7. «La caverne du Pont d'Arc»

La caverne du Pont d’Arc, découverte en Ardèche en 1994, est parmi les plus belles grottes ornées d’art pariétal au monde. Une réplique fidèle des parois et des peintures vieilles de 36 000 ans a été inaugurée en 2015 pour permettre aux visiteurs d’admirer les œuvres dans leur contexte tout en préservant l’original. Cet ouvrage, enrichi de nombreuses photographies, raconte l’épopée de la découverte du site et de sa reconstruction. (Aurélie Coulon)

David Huguet, photographies de Stéphane Compoint, « La caverne du Pont d'Arc »,. Actes Sud, 266 p.


8. «Qu'est-ce que le boson de Higgs mange en hiver»

Qu'est-ce que le boson de Higgs mange en hiver ? Une question que bien peu de gens se posent. Pauline Gagnon a osé. Et y répond dans son premier livre. Un énième ouvrage sur le LHC, le fameux accélérateur du CERN ? Peut-être. Mais surtout un texte qui, avec des mots accessibles et de l'humour, permet à cette physicienne québécoise de nous guider pour une fascinante plongée dans le monde de l'infiniment petit, et du « régime alimentaire » de la plus célèbre des particules. O. D.

Pauline Gagnon. « Qu'est-ce que le boson de Higgs mange en hiver (et autres détails essentiels) ». Editions Multimondes. 264 p.


CUISINE

9. Benoît Violier, cet homme de plume

Le chef de Crissier publie 1800 pages sur les 1000 manières d’apprêter le gibier qui vole. Comment traiter de manière définitive de la cuisine du gibier? Demandez à Benoît Violier. Le chef du restaurant de l’Hôtel de Ville à Crissier possède, par héritage familial, un certain sens du coup de fusil. Il publie à cet effet un ouvrage à la démesure de son vaste sujet. Le livre fait son poids. 1088 pages pour absolument tout savoir sur la manière d’apprêter les bêtes à plume.

Dans la préface du volumineux volume, Frédy Girardet parle de Bible. Il a raison à tous les titres, en termes de taille mais aussi de contenu. La Cuisine du gibier à plume d’Europe dans l’art de la chasse complète aussi un précédent livre, beaucoup moins gros, consacré à la préparation de la chasse, mais des animaux à poil.

Benoît Violier, qui dédie cette édition à Philippe Rochat, ancien patron de la maison de Crissier brutalement disparu pendant l’été, se veut à la fois pédagogique et pratique. Le chef multi-étoilé explique les différentes sortes d’oiseaux, celles de leurs œufs et où ils volent avant de finir à la casserole. On apprend ainsi comment Grand-Mère Anita braisait les mauviettes, volatiles tout choux de la famille de l’alouette. Et que le Chevalier gambette peut servir à farcir des cannellonis. Pour dire aussi que les 900 pages de recettes sont parfois simples, mais pas toutes à la portée du premier mitron venu qui devra déjà trouver à se procurer une matière première qui vaut aussi pour sa rareté. Pour ceux que la difficulté rebute, le chef passe en détail toutes les garnitures et sauces possibles pour accompagner ces plats illustrés par les photos de Pierre-Michel Delessert. Et exemplifie par le texte et l’image les bons gestes pour plumer, vider et dénerver les oiseaux. L’encyclopédie s’achève avec les témoignages de chasseurs amis du cuisinier étoilé et par les chefs-d’œuvre de celui-ci. Dont une poitrine de lagopède alpin en habit vert qui nécessite deux jours de préparation. La Bible on vous dit. (Emmanuel Grandjean)

Benoît Violier, « La cuisine du gibier à plume d’Europe dans l’art de la chasse », Favre, 1800 p.


10. «Thaïlande, le livre de cuisine»

Trois ans durant, Jean-Pierre Gabriel a sillonné la Thaïlande, des marchés aux épiceries et aux foodtrucks, en se rendant chez l’habitant pour recueillir ses secrets. De cette quête est né un inventaire passionné, LA bible de la cuisine thaïe – 500 recettes sur plus de 500 pages, illustrées par les remarquables photos de l’auteur – un recueil mêlant le familier – rouleaux de printemps, riz sauté, brochettes de poulet au saté, curry massaman – et l’étrangeté absolue – fourmis rouges rôties, crabe bleu frit, poisson-chat et courge-serpent… (Véronique Zbinden)

Jean-Pierre Gabriel, «Thaïlande, le livre de cuisine», Phaidon, 608 p.


11. «40 recettes pour tous les fourneaux»

Les livres de chefs beaux comme une devanture de joaillerie, mais hélas totalement impraticables, on connaît… Le petit dernier de Dominique Gauthier n’en est pas. Le chef du Chat Botté a fait appel au journaliste Jérôme Estèbe pour nous raconter les produits avec la gouaille qu’on lui connaît et décliner 40 recettes pour TOUS les fourneaux. La bonne idée du tandem consiste à proposer pour chaque recette complexe, sophistiquée, bref digne d’un chef étoilé, sa version simplifiée et accessible à tous, en termes de faisabilité comme de budget. Sympa. (V. Z.)

Dominique Gauthier et Jérôme Estèbe, « Nouvelle collection, 40 recettes pour tous les fourneaux », Slatkine, 120 p.


 

12. «Faux-mages véganes»

La différence entre un végétarien et un végane? Le premier mange du fromage, le second pas. Seulement voilà, il y a des goûts qu’on n’oublie pas. Grâce à John E. Schlimm, il existe un moyen d’y succomber sans fouler aux pieds ses convictions alimentaires. Les 125 recettes du végane hardcore américain recréent ainsi des saveurs de cheddar et de mozzarella avec des produits 100% végétaux. Etonnant, même si réussir un faux munster réclame un certain tour de main. (E. GD.)

John E. Schlimm, « Faux-mages véganes », L'Age d'Homme, 244 p.


 

13. «L'Encyclopédie du chocolat»

On connaissait déjà, dans la collection Larousse, l’ouvrage de référence signé Pierre Hermé. Destinée aux professionnels et aux passionnés, cette encyclopédie se veut plus ambitieuse encore: dix ans de travaux ont été nécessaires aux très doctes membres de l’Académie française du chocolat pour traiter de A à Z tout ce que vous avez toujours rêvé de savoir sur le chocolat, des Aztèques au tempérage, en passant par le conchage… (V. Z.)

«Encyclopédie mondiale du chocolat et de la Confiserie», Editions Belcolade-Puratos, 1200 p.


 

14. «Allons manger ! Genève 2015-2016»

C’est un parfait petit cadeau à glisser dans le vide-poches. Le principe d’Allons manger! Genève? Vous choisissez un des restos présentés, vous réservez pour deux, présentez le guide à l’arrivée et on vous offre le plat principal de votre choix. A la différence d’autres guides à concept, celui-ci a été pensé avec soin et chaque adresse a quelque chose de singulier à offrir. Une brocante, un adorable japonais avec son jardin bio, un voyage sur la route des épices. Le tout est enlevé, joliment décrit, et se commande sur le site pour 70  francs. (V. Z.)

«Allons manger! Genève», 3e édition, le livre-bon cadeau 2015-2016.

Nos précédentes sélections: