En panne d'idées pour les cadeaux de Noël? Dans la dernière ligne droite, «Le Temps» propose une liste sélectionnée par la rédaction. Dans ce dernier épisode, des livres pour les plus jeunes.

Livres pour enfants

1. Promenades enchantées dans Paris, New York, Rome, Athènes…

Il aurait eu 100 ans l’année prochaine: Miroslav Šasek, architecte praguois tombé amoureux de Paris, a beaucoup voyagé, crayon et carnet à la main, immortalisant ainsi ses séjours autour du monde

Missing fichier.

L’anthologie de 240 pages qui paraît aujourd’hui est composée d’extraits d’albums publiés pour la première fois dans les années 1960-1970, mais aussi d’inédits tombés dans l’oubli.

Alors certes, le monde a changé et changera encore, mais cet ouvrage reste une mine inépuisable d’informations. Car chaque pays, chaque ville garde ses incontournables: le Canal Grande de Venise et ses 200 palais de marbre, Mykonos et ses moulins, les funiculaires de San Francisco.

Peut-être que Londres compte désormais un pont de plus et Edimbourg quelques vitrines à cornemuses de moins, mais qu’importe: c’est vraiment un regard que proposait alors Miroslav Šasek, un regard orienté, d’emblée conçu pour donner naissance à une collection de livres illustrés à destination des enfants.

Tantôt le voyageur nous offre des paysages urbains faits d’une juxtaposition de points de couleurs, telle cette première approche pointilliste d’un Paris dont émergent seuls la tour Eiffel, Notre-Dame, l’Arc de Triomphe et le Sacré-Cœur, tantôt c’est un magnifique monochrome gris-brun qui montre Londres sous le brouillard.

Traits d’humour et notes informatives se succèdent, Šasek s’intéressant autant aux habitants de ces villes et pays qu’à leurs monuments, croquant modes de vie et activités locales avec méticulosité et bonne humeur. L’élégance du pinceau, le ton souvent un brin ironique, tout cela rend ces visites virtuelles formidablement vivantes; on pense à Tatie, tant les silhouettes sont éloquentes, tant la tonalité générale est rafraîchissante.

A l’heure des tablettes et autre réalité augmentée, cette anthologie monumentale est un puits de découvertes, un brin nostalgique, qui fera voyager les jeunes lecteurs (et les moins jeunes) dans leur salon et dans leur tête. (Sylvie Neeman)

 Miroslav Šasek, «Le Grand Tour du monde avec Šasek», Casterman. Dès 10 ans.


2. Halte on ne passe pas !

Quand la frontière qui sépare la page de gauche d’un livre de celle de droite devient un mur infranchissable, gardé par un soldat, l’incompréhension règne, tout comme, bientôt, un beau chaos coloré au feutre vif. Et si des enfants s’en mêlaient? Jouant sur sa propre matérialité, voici un album joyeusement intelligent, et questionnant. (S. N.)

 Isabel Minhós Martins, illustrations de Bernardo P. Carvalho, « Halte, on ne passe pas ! » traduction Notari et Marcel Cottier, Notari. Dès 4 ans.


3. Par une journée d’hiver

Il neige. Les souris dorment, les ours dorment, et les écureuils, et les marmottes… Mais bientôt les souris reniflent, les ours reniflent, puis les écureuils…

Paru la première fois en 1949, ce petit livre précieux, déroulant sa structure répétitive en trois belles séquences rythmées et poétiques, au gré d’images où le noir, le gris et le blanc vibrent et palpitent, est un enchantement! (S. N.)

 Ruth Krauss, illustrations de Marc Simont, « Par une journée d’hiver », Kaléidoscope. Dès 2 ans.


4. Tout tout sur les toutous

Ils font de la musique, choisissent leurs habits, découvrent la montagne. Chihuahuas, chow-chows, boxers et tant d’autres sont les géniaux (et hilarants) prétextes que Dorothée de Monfreid a dessinés pour faire découvrir aux tout-petits leur univers. Entre deux oreilles et trois touffes de poils, c’est une très humaine vie de chien qui défile, et que l’on nomme dans un sourire. (S. N.)

 Dorothée de Montfreid, « Tout tout sur les toutous », L’Ecole des loisirs. Dès 3 ans.


5. La poésie est un jeu d’enfant

Lorsque les poèmes de Maurice Carême (une trentaine ont été sélectionnés ici, parmi les plus beaux jamais écrits pour l’enfance) entrent en résonnance avec les illustrations si contemporaines, si éclatantes de Bruno Gibert, le lecteur est transporté dans un monde de fantaisie, de drôlerie et de rêverie où mots et images se magnifient les uns les autres. (S. N.)

 Maurice Carême, illustrations de Bruno Gibert, « La poésie est un jeu d’enfant », Seuil jeunesse. Dès 6 ans.


6. Malala pour le droit des filles à l’éducation

Un texte très informatif qui n’oublie pas l’affectivité, des images sachant osciller entre le symbolique et le narratif, entre le sombre et le lumineux, une partie documentaire pour un meilleur ancrage dans la réalité historique et géographique : voilà Malala, un nouveau « Grands portraits » aussi remarquable que tous les ouvrages qui l’ont précédé dans cette collection. (S. N.)

 Raphaële Frier, illustrations d’Aurélia Fronty, « Malala pour le droit des filles à l’éducation », Rue du monde. Dès 9 ans.


7. L’ours qui n’était pas là

C’est l’histoire follement philosophique, follement étrange, follement bien illustrée et traduite, follement réjouissante, d’un ours à peine né d’une « gratouille ». Il va découvrir le monde, ses occupants, il va expérimenter pensées et réflexions et enfin, à force d’aller toujours « En-avant », se connaître et se reconnaître lui-même. (S. N.)

 Oren Lavie, illustration de Wolf Erlbruch, traduction de Marion Graf et Jean-Pierre Lanarès, « L’ours qui n’était pas là », La Joie de lire. Dès 9 ans.


 8. Alice au pays des merveilles à travers l’œuvre de Yayoi Kusama

La traduction de cette Alice est celle de Jacques Papy pour les Editions Pauvert ; et les images… les images ont été choisies dans l’œuvre de Yayoi Kusama.

Et ceci explique que le lecteur plonge dans des pages psychédéliques mais douces, et que l’on soit presque affolés de constater à quel point ça fonctionne, à quel point ces deux univers étaient faits pour se rencontrer. (S. N.)

 Lewis Carroll, « Alice au pays des merveilles à travers l’œuvre de Yayoi Kusama », Hélium. Dès 10 ans et pour tous.


9. Le garçon qui nageait avec les piranhas

Quand son oncle, pris de folie, transforme leur maison en conserverie, Stan s’en va. Il suit une fête foraine – qui sait s’il ne va pas tenter ce prodige : nager au milieu des piranhas ? Un jeune héros attachant, une fuite qui devient parcours initiatique, et un narrateur, un brin désenchanté, théorisant sur son propre rôle dans le roman : qui dit mieux? (S. N.)

 David Almond, illustrations d’Oliver Jeffers, traduction de Diane Ménard, « Le garçon qui nageait avec les piranhas », Gallimard jeunesse. Dès 11 ans.


ROMANS POUR ADOS

10. Se battre pour la liberté

Deux adolescents condamnés à vivre sous la tyrannie d’un Empire qui condamne à l’ignorance. Sabaa Tahir raconte leurs révoltes dans un univers fantasmagorique qui mêle l’orient et la Rome antique

Premier roman d’une jeune auteur, Une braise sous la cendre a déjà été traduit dans vingt quatre pays. Publié cette année en France par Pocket Jeunesse, ce récit nous plonge dans la vie de deux jeunes gens : Laia et Elias. La première est prête à tout pour sauver son frère emprisonné, y comprit entrer dans la résistance et risquer sa vie ; le second vit dans la terrible académie de Blackliff et va devenir un Mask, soldat d’élite de l’Empire, mais il souhaite bien autre chose : s’enfuir et retrouver une vie normale.

Malgré leurs différences, les deux protagonistes ont un point commun essentiel : ils ne souhaitent plus vivre sous la tyrannie de l’Empire. Ce dernier était auparavant séparé entre les Martiaux et les Erudits, les premiers ont finalement pris le pouvoir, empêchant depuis le peuple d’apprendre à lire, écrire et s’instruire d’une quelconque façon.

Sabaa Tahir nous dépeint un univers de fantasy original et extrêmement riche où se mêle Rome antique et mythes des pays orientaux dans un maelström de détails et d’émotions. Quant aux personnages, ils sont aussi vivants que complexes.

Grâce à une écriture belle et juste, nous sommes amenés à réfléchir sur la liberté : est-on vraiment libre de ses choix ? Pouvons-nous influencer le destin ou, au contraire, devons nous le subir ? Dans un monde empoisonné par l’esclavage et la violence, Elias et Laia risquent de le découvrir à leurs dépens.

Mais Sabaa Tahir met aussi en avant de belles valeurs humaines, comme l’amour, l’amitié et la loyauté, sans pour autant chercher à masquer l’indicible tel que la violence ou la mort. Elle nous montre une réalité crue, parfois difficile dans laquelle les héros n’ont pas de talents particuliers ni de pouvoirs incroyables, ils n’ont que leurs idéaux et une volonté infaillible pour se battre pour leur liberté. Il ne fait aucun doute que ce roman est l’un des incontournables de cette fin d’année, idéal pour filles et garçons à partir 14 ans. (Kévane Bouchart)

 Sabaa TahirM, « Une braise sous la cendre », Pocket Jeunesse. Pour 14 ans et plus.


11. Gardiens des cités perdues

Gardiens des cités perdues est doté d’un univers riche et d’une intrigue ensorcelante. Comptant déjà 3 tomes publiés chez Lumen, son histoire n’est pas sans rappeler le célèbre petit sorcier de JK Rowling tout en s’en détachant habilement. Sophie, à peine âgée de 12 ans, doit tout quitter lorsqu’on lui apprend qu’elle est Elfe et non humaine. Sans compter la terrible menace qui pèse sur elle… K. B.

 Shannon Messenger, «Gardiens des cités perdues», Lumen, 516 p.


12. Blacklistée

La vie de Regan bascule le jour où tous ses messages privés sont placardés dans son lycée. L’adolescente passe en un clin d’œil du statut de reine du lycée, à celui de paria. Pourtant, elle trouve en Nolan, un allié inattendu qui l’aide à maintenir la tête hors de l’eau. Entre romance et histoire de harcèlement scolaire, Blacklistée est un roman actuel qui véhicule un message profondément positif. K. B.

Cole Gibsen, «Blacklistée», Hugo & Cie, 328 p.

13. Brainless

Jason est un adolescent américain banal, si ce n’est son Syndrome de Coma Homéostatique Juvénile. Plus simplement : Jason est un zombie qui continue de vivre tranquillement sa vie. Caricaturant un lycée américain de façon drôle et tragique à la fois, Jérôme Noirez nous livre un roman passionnant qui traite des problèmes inhérents à l’adolescence sur fond d’histoire de zombies. K. B.

Jérôme Noirez, «Brainless», Gulf Stream, 256 p.


14. La Passe-Miroir

Lauréat en 2012 du concours du premier roman jeunesse chez Gallimard Jeunesse, La Passe- Miroir est un roman de fantasy complexe et singulier à l’écriture poétique. On y embarque dans la vie d’Ophélie, une jeune femme dotée de pouvoirs extraordinaires qui éconduit tous les prétendants qu’on lui propose. Jusqu’au jour où elle doit se marier avec Thorn, un personnage antipathique et mystérieux. K. B.

Christelle Dabos, «La Passe-miroir», Gallimard, 518 p.


15. Arena 13

Alors que sa série à succès L’épouvanteur, s’approche de son terme, Joseph Delaney se lance dans un tout autre style : la dystopie avec Arena 13. Prenant et addictif, ce récit nous plonge dans un monde où la Terre est dirigée par les machines. Leif, un jeune garçon, souhaite plus que tout entrer dans les arènes de Gindeen avec un but : affronter Hob, l’entité qui terrorise les habitants. K. B.

Joseph Delaney, «Arena 13», Bayard, 390 p.


16. La drôle de vie de Bibow Bradley

Bibow est un jeune homme qui souhaite à tout prix quitter sa ville natale. Alors qu’il est propulsé agent de la CIA sans l’avoir vraiment cherché, ses souhaits sont exaucés.

La drôle de vie de Bibow Bradley est une histoire déjantée qui nous plonge dans les Etats-Unis des années 60 entre Woodstock, Guerre Froide et missions pour la CIA aux côtés d’un anti-héros au franc-parler hilarant. K. B.

Axl Cendres, «La Drôle de vie de Bibow Bradley», Sarbacane, 210 p.


17. Zodiaque

Véritable page turner dès les premières pages, Romina Russel nous fait découvrir un univers de science fiction saisissant basé sur les douze signes du zodiaque. Pas d’horoscopes ici, mais bien douze peuples qui vivent en harmonie. Rhoma y est une jeune femme Cancer qui va se retrouver propulsée dans une course contre la montre pour préserver l’univers d’une menace aussi dangereuse que mystérieuse. K. B.

Romina Rusell, « Zodiaque », Michel Lafon, 468 p.