Comment maîtriser le chaos après qu’on l’a laissé envahir ce qu’on appelle un espace de vie? C’est un des trois fils que tresse Paul Oberson dans La Génétique du sens. Le narrateur, qui semble traverser une phase délicate de son existence, s’emploie à réduire les nuisances de son capharnaüm. Le résultat de ses différentes méthodes, systématiques et burlesques, aboutit-il à un progrès? Trop d’ordre ne nuit-il pas à la créativité? Voilà qui entraîne dans des réflexions vertigineuses ce roi de la procrastination, pourtant pressé de retourner à son jeu vidéo ou à sa sieste. La lecture de Wittgenstein s’interrogeant sur les mots et les choses pourrait l’éclairer.

Lire aussi: Recherches philosophiques