Futur antérieur

Notre sensibilité accrue à la catastrophe et ses débouchés

CHRONIQUE. La communication défaillante de l'Etat français sur l'incendie de l’usine Lubrizol, classée «Seveso», a attisé les craintes des citoyens. Une crise qui rappelle l'après-Tchernobyl, brillamment retracé par Svetlana Alexievitch dans «La Supplication»

Sommes-nous condamnés à vivre en état d’alerte permanent sur la prochaine catastrophe? Tout commence par une question, restée sans réponse. Que s’est-il donc passé à l’usine Lubrizol, installée près de Rouen, pour qu’elle explose subitement dans la nuit du 26 septembre? Ou plutôt, que s’est-il passé après, lorsque les environs ont été potentiellement contaminés par les substances chimiques qui se trouvaient entreposées dans le site, dont l’étiquetage «Seveso» suppose la haute dangerosité?

Lire aussi: L’Etat français face à la colère «Lubrizol»