Encore raté. Pour la troisième fois, Serena Williams a échoué dans sa quête du record absolu de Grand Chelem, tombée (6-2, 6-2) samedi en finale de Wimbledon face à une exceptionnelle Simona Halep, qui empoche elle son deuxième Majeur en près d'un an.

La dernière marche est décidément la plus dure à gravir pour Serena. A bientôt 38 ans, ce fameux record détenu par Margaret Court de 24 levées du Grand Chelem lui échappe encore.

Lire aussi: Williams n’arrive plus à «être Serena»

Elle a manqué samedi son troisième rendez-vous avec l'histoire depuis son 23e Majeur conquis à l'Open d'Australie en 2017. Elle a perdu samedi sa 3e finale de Grand Chelem d'affilée, après celle de Wimbledon face à Angelique Kerber, et de l'US Open face à Naomi Osaka en 2018. A chaque fois, le score a été sans appel. Cette fois-ci, il a d'ailleurs été particulièrement sévère, avec seulement 4 jeux marqués en 55 minutes.


A propos du tournoi anglais


Un jeu sans faille

Certes, Simona Halep, déjà victorieuse à Roland-Garros l'an dernier, a joué incroyablement bien, sans doute le match de sa vie même, avec un jeu parfaitement en place, sans faille. Certes, même dans un bon jour l'Américaine aurait peut-être été aussi battue. Mais Serena est, de son côté, totalement passée au travers, débordée par à peu près tout ce qu'a proposé la Roumaine.

Pour une championne de cette trempe, sept fois titrée sur la gazon londonien, ce raté lors d'une finale de Grand Chelem, la 31e de sa carrière, est tout de même assez inédit. Evidemment, la question de savoir si sa quête du record lui embrume quelque peu l'esprit lors de ces moments cruciaux. Mais elle ne répondra pas.

Une attaque efficace

Le mérite en revient aussi à son adversaire. Simona Halep ne l'avait battue qu'une seule fois en 10 confrontations, et son service – son point faible – semblait la destiner à souquer ferme face aux lourdes frappes de Serena, qui n'avait jusqu'ici cessé de monter en puissance depuis le début du tournoi londonien. Elle n'a pas eu besoin de sortir les rames.

La Roumaine, encore N.1 mondiale au début de l'année, et qui s'est découvert très récemment une passion pour le gazon, elle qui répétait depuis des années ne pas aimer ce revêtement si particulier, a attaqué parfaitement le match. Agressive, elle a d'emblée breaké l'Américaine, qui s'est retrouvée menée 4-0 au bout de vingt minutes. L'effet de surprise a fonctionné car Serena Williams n'a jamais pu s'en remettre.

Belle perdante

Désorientée par cette opposition, l'Américaine en a parfois perdu son tennis, alignant les fautes directes (25) pendant que la Roumaine déroulait un tennis sans aspérité, agrémentée de quelques coups d'éclat.

«Elle a vraiment joué incroyablement bien. Quand une joueuse joue aussi bien, il faut lui lever son chapeau et dire bravo. Je dois continuer d'essayer, de me battre et d'apprécier ce sport», a admis Serena Williams sur le court. Belle joueuse.