Mode

Serge Ruffieux: de Genève à Paris, de fil en aiguille

A 43 ans, le Suisse a pris la tête de la direction artistique de la maison Carven et présidera le jury de la HEAD lors du défilé organisé ce vendredi. Rencontre

Un Vaudois à la tête de Carven, maison de couture plus-parisienne-tu-meurs? Il fallait le faire! Il l’a fait. A 43 ans, Serge Ruffieux, ancien élève de la Haute Ecole d’art et de design de Genève, a remporté tous ses paris. Prophète en son pays, il revient cette semaine sur ses terres: il participait à une table ronde ce jeudi après-midi à la HEAD pour présider le jury du défilé de l’école vendredi, jugeant du travail de ceux qui se surprennent à rêver, aiguille en main, à son improbable destin.

A l’origine de celui-ci, il y a des robes en mouchoirs. Des morceaux de papier blanc par dizaines, fragiles comme les souvenirs, cousus à la machine quand ils ne se déchirent pas entre ses doigts. Serge Ruffieux a 8 ans. Au fil des mois, au fin fond de la vallée de Joux, l’intérêt se mue en hobby, la passion en obsession. Points droits, points zigzag. Il aime les femmes qui l’entourent et l’activité qui les occupe: la couture. Dans sa vie, il y a Verena, sa grand-mère italienne. Clémentine, sa tante couturière chez Schiaparelli. Et sa mère bien sûr, avec laquelle il va choisir les magazines de mode chez le libraire, qu’il finit par collectionner: Paris, Jalouse, Vogue. «A l'âge de 10 ans, j’imaginais des défilés en Lego et Playmobil. J’étais déjà un peu fou», lance le directeur artistique de la maison Carven.

Lire également: Mme Carven, doyenne de la haute couture, est décédée à 105 ans

Page après page, Paris s’installe au cœur de tous ses fantasmes. «Je dévorais dans les magazines les reportings des collections, les nuits parisiennes. Saint Laurent, Gaultier… je les connaissais tous.» Adolescent, il use ses yeux sur ses machines à coudre et intègre la HEAD. «De ce temps-là, je retiens une rigueur, une ouverture d’esprit avec des cours de photo, d’architecture, d’histoire de l’art. Finalement, c’est là que je suis sorti du rêve et que je suis devenu adulte, que j’ai acquis, peut-être un peu tard, cette curiosité. Une époque où il a fallu progresser, prendre et donner.» Il sort de l'école, grandi, en 1997.

Dans la lumière des plus brillants

S’ouvre alors le deuxième chapitre de sa vie. Un billet Genève-Paris, aller simple, s’il vous plaît. Serge Ruffieux enchaîne les stages dans le cadre de sa formation. Est-ce la réalité de la ville qui le séduit tant, ou le fantasme qu’il projette sur elle? Peu importe. Ce premier séjour ne fait que confirmer son intuition: sa place est là, à battre le pavé et le parquet usé des musées, levant son verre sous les étoiles et goûtant au plaisir du rêve réalisé. «J’ai eu la chance d’être hébergé pendant ces mois de stages parisiens par un ami d’une assistante de la HEAD. C’était un homme d’une incroyable érudition, qui m’a adopté comme un grand frère et introduit à la ville, aux arts, à tout. C’est là que tout a vraiment débuté.»

Sonia Rykiel était une mère, une patronne. Pour elle je donnais tout

Son nom circule et il collabore très tôt dans sa carrière avec les plus brillants designers. Il entretient une relation pétrie de «je t’aime, moi non plus» avec la flamboyante Sonia Rykiel: «Elle était une mère, une patronne, pour elle je donnais tout.» A ses côtés, il apprend à «déglinguer»: «tout dégommer et tout reconstruire». La fin des années 90 marque son entrée chez Dior, où il fait la connaissance d’un homme avec lequel il n’aurait jamais osé rêver collaborer, Raf Simons, qui remplace le controversé John Galliano. Avec lui, il apprend à affiner, «à perfectionner» une vision.

Les filles Carven

A force de travail acharné vient la consécration: les rênes de la vénérable maison Carven, fondée en 1945 à Paris par Carmen de Tommaso, lui sont remises en février 2017, alors que la marque cherche un nouveau souffle. La collection présentée en septembre lors de la Fashion Week parisienne propose à une génération décomplexée des vêtements confortables mais pointus, ajustés à la réalité d’un monde en constant mouvement.

A ce sujet: A la Fashion Week de Paris, la liberté mise à nu

«Il n’y a pas une femme Carven, mais plusieurs filles Carven. ce sont des Parisiennes ouvertes sur le monde, qui appartiennent à différentes cultures, qui ont en elle une force.» L’idée n’est pas de capturer l’époque, mais de sauter à pieds joints dedans. La marquant si possible de sa petite touche personnelle: une cohérence de la silhouette des pieds à la tête, en redonnant leurs lettres de noblesse aux sacs, aux chaussures (colorées et plates de préférence – les filles Carven n’ont pas le temps de trembler sur des échasses).

Dans un univers de la mode qui persiste à croire que toutes ses étoiles tournent autour de Paris, comment mettre en avant une «influence suisse»? «J’apporte une certaine rigueur: ce souci du détail, une précision chère à l’industrie horlogère avec laquelle j’ai grandi dans la vallée de Joux.»

Une invitation à persévérer

Ces terres d’origine, aujourd’hui, semblent bien loin de Saint-Germain-des-Prés. Les jeunes talents suisses n’ont-ils d’autre choix que de s’exiler pour percer? «Ce que fait la HEAD est formidable, elle ouvre de plus en plus de portes. Mais il faudrait que le pays s’intéresse davantage à la mode: pourquoi pas une Fashion Week nationale? On pourrait aussi imaginer que nos banques, nos grands groupes soutiennent davantage la création».

Vendredi soir, le cœur des étudiants de la HEAD battra au rythme des sourires du président Serge Ruffieux. Une génération de créateurs qu’il juge «forte, ambitieuse». «Elle pense la mode à 360 degrés, des pieds au ciel. J’espère les voir percer en Suisse, à Paris ou à Milan, à mes côtés ou ailleurs. C’est dur, mais chacun peut trouver sa place. Je suis désolé de le dire, mais on ne fait pas la HEAD pour avoir un atelier-boutique à Carouge.»

De pari en pari, rien ne semble l’effrayer. Le Suisse reste fidèle à son calme olympien dans un milieu souvent dépeint comme un aquarium de requins. «Par le passé, j’ai eu peur des fantômes, mais je les ai apprivoisés. Aujourd’hui, je n’ai peur de rien: je sais ce que je fais, où je vais. L’essentiel est de garder son ancrage. Et de rêver.» Alors, à quoi rêve Serge Ruffieux? «Aux voyages. Ils me nourrissent. Mais mes plus grands voyages, je les fais dans ma tête.» Pour garder les pieds sur terre sans être ébloui par la lumière, il sait qu’il est toujours bon de revisiter son passé, l’endroit où tout a commencé, parmi les femmes, dans le bruit des machines. Et le froissement des mouchoirs en papier.


Profil

1974: Naissance dans la Vallée de Joux

1997: Obtention du diplome de la HEAD

2008: Entrée chez Dior

2017: Prise de fonction chez Carven et président du jury de la HEAD

Publicité