Les amateurs qui suivent Bedrag (Follow the Money) tous les mercredis sur la RTS apprécient sans doute la qualité constante de cette série danoise, la richesse toujours tenue de ce suspense économique. Ils seront récompensés: la fin de la première saison est brillante, autant que glaçante.

A ce sujet: La série TV «Follow the Money», ou quand les éoliennes ne tournent plus rond

Ce feuilleton renforce encore le prestige de l’offre venue du Nord. Le bouillonnement scandinave a peut-être connu quelques temps d’arrêt, mais il recèle de nombreuses fictions de qualité, dont certaines n’ont malheureusement pas atteint nos latitudes. C’est par exemple le cas de Blå ögon (Blue Eyes), série de 2015 disponible en DVD avec sous-titres anglais. Une histoire politique de givre et de colère, exploration avec une grande lucidité de la société – suédoise, dans ce cas.

Trois piliers

Blue Eyes repose sur trois volets. Une stratège politique qui avait quitté le métier revient comme cheffe de cabinet au Ministère de la justice, en pleine campagne électorale. Dans le même temps, une femme proche d’un parti d’extrême droite est assassinée; et des militants ultra-violents, adeptes de la justice expéditive, tuent des personnes jugées coupables, dans une logique de tribunal exprès. La responsable au Ministère découvre que sa prédécesseure a disparu dans de troubles conditions. Les animateurs du Parti nationaliste hoquettent dans leurs stratégies de campagne. La fille de la femme tuée rejoint les extrémistes, dont le combat vire à la croisade néonazie.

Lire aussi: Les séries TV suédoises font tourner, et tomber, les têtes

Des scénaristes qui marchent sur des œufs

On le voit, les auteurs de Blue Eyes marchent sur des œufs. Ils abordent autant l’opprobre jeté sur les souverainistes que la radicalisation de jeunes racistes. La palette est large, cadrée par l’enquête de la cheffe de cabinet, sans qu’il s’agisse du point central. La série dépeint ainsi différents protagonistes politiques, au sens plein du terme, que la fonction, ou l’affiliation, pousse dans leurs derniers retranchements. C’est une Suède déchirée, froide depuis le cœur, qui se raconte de cette manière, à travers une ampleur critique inédite dans les séries.