Il y a une cohérence déjà dans les titres. En 2003, le cinéaste italien Macro Bellocchio donnait, avec Buongiorno, notte sa lecture, l’une des premières sur grand écran, de la sombre période de l’assassinat d’Aldo Moro en 1978. Aujourd’hui, sur petit écran – c’est l’une des prochaines grandes séries d’Arte –, il offre Esterno Notte… sur la mort du dirigeant de la Démocratie chrétienne italienne. Une belle œuvre, malgré tout un peu surprenante, que le Geneva International Film Festival dévoile en primeur ce week-end.