Des Romands peuvent avoir quelques réminiscences du gang évoqué par la nouvelle série présentée par Canal +. Dès lundi, la chaîne payante lance sa création en coproduction avec les Anglais, Panthers, ou The Last Panters. Sky la mettre sur orbite le 12 novembre. Il est question des Pink Panthers, organisation serbe aussi sinistre que fascinante, reine des braquages spectaculaires dans les années 2000. Les hauts faits d’armes de la brigade se sont plutôt déroulés à Londres ou sur la Riviera française, mais ces aspirateurs à diamants ont aussi sévi à Genève.

Avant le démarrage, la manière même donc Canal + a promu sa série en dit long sur le climat de concurrence ambiant. La chaîne a bien sûr mis au premier rang une certaine mythologie du braquage et du brigandage à grande échelle, dont l’imagerie offre un riche catalogue. La dimension internationale des Pink Panthers, comme une petite multinationale du crime bijoutier, permet aussi de vanter, puis vendre, le feuilleton pour de nombreux territoire.

De plus, c’est vraiment en avant la musique. Les producteurs et diffuseurs ont récemment lâché sur les réseaux l’élégant générique de The Last Panthers, dont la musique, Blackstar, est signée David Bowie. Voix venant d’ailleurs et avançant vers les oreilles du spectateur, aérienne et étoffée à voix, c’est bien le lointain poète sidéral de Space Oddity qui entonne le chant de 48 secondes, et qui conduira donc les curieux vers la suite de la pétaradante intrigue.

Alors que l’offre de séries explose, Canal + elle-même est susceptible de se cannibaliser. En quelques semaines, elle aura lancé le deuxième chapitre des Revenants, Panthers, puis bientôt Versailles, son plus gros investissement dans le genre, qui sera dévoilée en novembre. Dans l’abondance de l’offre, nos crapules à carats peuvent trouver leur place. Vanté par l’ancien Ziggy Stardust, leur héritage en fiction a une cohérence.