Dissipons quelque idée spontanée: dans StartUp, il est bien question de technologie, de blockchain en particulier, mais la série n’est pas une saga par et pour les geeks. On est très loin de la comédie (assez molle à nos yeux) Silicon Valley. Loin, déjà de manière littérale. StartUp se déroule à Miami, et le sujet profond de ce feuilleton captivant, c’est bien cette cité, «paradis de l’argent sale», selon l’un des protagonistes.

Quatre personnages opposés

Dans ses débuts, StartUp repose sur la rencontre de quatre personnes que rien, a priori, ne rapprocherait: un agent ripou du FBI (Martin Freeman), une génie en informatique (Otmara Marrero), un chef de gang de Little Haiti qui veut trouver d’autres canaux de blanchiment (Edi Gathegi), et un banquier paumé (Adam Brody). Ils se retrouvent autour de GenCoin, la start-up du titre, l’entité qui va concentrer les ambitions et les drames, les stratégies financières et le marché parallèle, les réussites et les crimes.

Découvrez notre guide interactif des séries

La moiteur tentaculaire de la ville

StartUp tisse une toile étonnante, avec ce soubassement technologique, qui ne constitue cependant jamais le cœur de l’action, et ses aléas locaux qui prennent le rôle de moteur de l’intrigue. Il y a là la chaleur diluée, les couleurs éclatantes ou la moiteur tentaculaire de Miami, ces dimensions d’une ville-monde qui imprègne une histoire de web, de darknet, et surtout de choix et des conséquences terribles – la première saison s’achève sur une brutalité particulière, et les deux suivantes ont leur lot de chocs. Une série injustement méconnue, qui vaut le détour floridien.

Séries conseillées précédemment:

Retrouvez «culture canapé», tous nos conseils culturels


«StartUp». Trois saisons, sur Amazon.