Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Les séries TV, héritières fortunées

Peut-être ont-ils un charme un brin suranné, ces Mystères de Paris, ce Fantômas, ces Trois mousquetaires… Le genre, pourtant, est loin d’avoir cédé le pas. Si la parution de feuilletons dans les journaux n’a plus la vigueur d’antan – et se trouve souvent limitée à des œuvres libres de droits, moins coûteuses –, certains auteurs ont perpétué le principe. Un poids lourd de l’édition tel que Stephen King s’y est essayé il y a quelques années avec La Ligne verte. Le Français Pierre Bordage aussi, avec brio, dans Les Derniers Hommes, publié au début de la décennie.

En fait, l’héritage le plus direct du roman-feuilleton se retrouve plutôt sur le petit écran. Les séries TV doivent beaucoup (tout?) aux techniques élaborées par les feuilletonistes du XIXe siècle. En termes de moyens engagés, la production télévisuelle est certes plus lourde. Mais les auteurs composent dans un cadre qui descend en droite ligne du feuilleton de presse: la contrainte de l’espace pour l’écrit, du temps pour la TV; le besoin d’entretenir une abondance de personnages; l’importance des dialogues; la nécessité, toujours contradictoire, de ménager des pauses dans l’histoire tout en donnant des coups d’accélérateur afin de surprendre le public.

Des aventures romanesques brandies par la jeune presse populaire aux feuilletons qui triomphent aujourd’hui sur les lucarnes du monde entier, c’est la même économie narrative qui se prolonge. Une économie dispendieuse: malgré les ralentissements de leurs intrigues, les auteurs de séries aiment raconter comment ils brûlent leurs idées en cours de saison, étant alors contraints de redoubler d’efforts. De la même manière que les écrivains du siècle d’or vibraient par leur frénésie créatrice, poussés par l’exigence de la production quotidienne – et du paiement à la ligne.

Les séries TV relèvent ainsi davantage de la littérature que du cinéma, auquel on les associe souvent. Le dispositif de production des séries confirme cette filiation. Dans l’équipe qui fabrique un feuilleton à Hollywood, le créateur et auteur, souvent également producteur, chapeaute les autres corps de métiers. Après les décideurs (producteurs et surtout diffuseurs), il est maître du feuilleton. Le second responsable est le «showrunner», fonction de chef d’orchestre généralement traduite par «scénariste en chef», ce qui illustre les priorités des équipes. A la différence du cinéma, où le réalisateur est a priori garant de l’œuvre, les séries TV vivent sous le régime des scénaristes. Lors d’une rencontre à Aix-les-Bains, le créateur de Commander in chief, Rod Lurie, avait même assuré que «la télévision américaine a vraiment mis en pratique la politique des auteurs». Jugement un peu hâtif – les financiers ont tout de même le dernier mot –, mais qui montre l’importance centrale de l’écriture dans la fiction TV. Celle-ci est bien la fille volage d’Eugène Sue, Paul Féval ou Ponson du Terrail.

A lire: Danielle Aubry, «Du roman-feuilleton à la série télévisée: pour une rhétorique de la sérialité», Ed. Peter Lang.

«Séries TV. Pourquoi on est tous fans», Ed. Edysseus.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps