Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Shonda Rhimes à Beverly Hills, 4 mars 2018.
© Mike Coppola/VF18

fiction tv

Dans les séries TV, le pouvoir au féminin, enfin

Les femmes ont conquis les séries à travers des figures toujours plus diversifiées, y compris chez les méchantes. Mais l’important est la montée en puissance des auteures

Pour ce que j’entends autour de moi, les avis divergent, c’est peu dire, à propos de Seven Seconds, que j’ai sacrée première meilleure série de l’année. Il y a débat, c’est excellent: pour les séries, 2018 commence de manière animée.

Il se trouve que Seven Seconds est créée par une femme. Canadienne de père indien, Veena Sud avait travaillé pour Cold Case avant d’adapter Forbrydelsen (The Killing) aux Etats-Unis. Forte de ce succès, elle a pu façonner sa propre série.

A ce sujet: «Seven Seconds», le sang de la cité

La situation a changé

Ce samedi, j’anime une table ronde au festival Histoire et cité, sur le thème des femmes dans les séries TV. Evidemment, on pense d’abord aux actrices et aux héroïnes. Depuis la malicieuse mais néanmoins femme au foyer d’I Love Lucy, dans les années 1950, on peut dire que la situation a vraiment changé. La palette actuelle des personnes féminines est large, signe que les femmes ont conquis le genre. Un critère consiste à chercher les méchantes, ou les défaillantes. Rien ne sert de compter les figures féminines: il faut surtout qu’elles soient égales aux figures masculines, dans tous les sens, et surtout dans la noirceur. C’est-à-dire, pour le meilleur et surtout le pire. Dans Game of Thrones, Cersei fait avancer la cause grâce à sa tragique férocité. Au cœur de Seven Seconds, le personnage de KJ (interprété par Clare-Hope Ashitey) sidère par ses béances. Et l’on peut citer les fictions mettant en scène des femmes de manière presque exclusive, d’Orange is the New Black à SMILF en passant par Girls.

Lire aussi: SMILF, ou les galères d’une mère célibataire

Le pouvoir du crayon

La montée en puissance des femmes dans les séries ne se joue pas, ou plus, devant la caméra, mais derrière. Le fait que les médias spécialisés consacrent depuis quelque temps Shonda Rhimes, la créatrice de Grey’s Anatomy et de Scandal, notamment, comme l’une des voix les plus puissantes de Hollywood prouve que le pouvoir féminin s’affirme. Auteure d’une copieuse enquête sur le sujet (Stealing the Show), la spécialiste Joy Press se demande: «Cette révolution pourra-t-elle durer?» C’est la question.

Nos échos de Séries Mania en 2017: Séries TV: les femmes, tout simplement


Table-ronde «Femmes dans les séries TV», Genève, Uni Dufour, ce samedi 24 mars à 16h30.


Retrouvez tous nos articles sur les séries TV.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps