Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le Palais des festivals de Cannes, 4 avril 2018.
© NDu

Séries sur Croisette

Les séries TV prennent le Palais de Cannes

Symbole: l’immense façade du temple mondial du cinéma arbore des affiches de feuilletons TV à l’occasion du premier festival de Cannes des séries. Notre chronique quotidienne depuis la Croisette

Ces jour se tient Canneseries, le premier festival de Cannes dédié aux feuilletons TV. Chaque jour, nos échos de cet événement qui veut égaler son grand frère cinématographique.

Lire aussi: La guerre des festivals de séries TV est ouverte

Il y a de quoi jubiler, claquer lourdement des mains, crier victoire sur l’ancien monde. Ces jours, sur la massive façade du Palais des festivals de Cannes, sont brandies d’immenses affiches… de séries TV. La cité mondiale du septième art entame Canneseries, son nouveau festival dévolu aux feuilletons.

Le grand événement fondé en 1946 a déjà montré quelques fictions TV, mais c’étaient celles de ses amis cooptés, David Lynch et Jane Campion. Cette fois, ce sont des hordes de scénaristes méconnus qui prennent d’assaut la citadelle méditerranéenne.

Ne cachons pas notre joie

Pour les amateurs de séries qui ont vécu des années de dénigrement général – oui, longtemps ce fut ainsi, les séries étaient conspuées –, il serait hypocrite de ne pas cacher sa joie. Des séries dans l’auditorium cannois, c’est la revanche du vilain nain télévisuel sur toutes les belles de cinéma. C’est George R. R. Martin publié en Pléiade. C’est l’opium du peuple inoculé dans les veines des cinéastes à sang bleu. Une reconnaissance au plus niveau, enfin, dans l’écrin même du plus grand festival de cinéma du monde.

A propos de Cannes (cinéma) 2017: Cannes, un festival à réinventer

N’exagérons pas

Voilà pour l’aspect symbolique. Il y a du juste dans cette vision, mais il ne faut pas exagérer le triomphe de ces jours. L’entrée du champ des séries dans les études universitaires – même plus avant, dans les lycées voire les collèges –, la prise en compte de l’audace des feuilletons dans leur lecture du monde, par des enseignants passionnés, voilà qui compte bien davantage, sur le long terme, que les honneurs d’une paillote de luxe.

Le sacre des séries, si l’on en cherche un, a commencé le jour où des membres de l’élite ont commencé à se dire qu’il se passait là quelque chose de puissant, illustrant une vigueur dont le vieux Hollywood flapi ne semblait plus capable.

A ce sujet: Depuis 2000, l’irrésistible expansion des séries TV

Rien ne sera plus comme avant

En outre, les fidèles du genre ne doivent pas être naïfs. Le maire de Cannes est peut-être sincère lorsqu’il crie son amour des fictions TV, mais le calcul est aussi touristique et commercial. La ville avait déjà le MIPTV, grand marché audiovisuel international; l’ajout d’une manifestation populaire autour des séries enrichit sa palette. Dans le journal officiel de la ville, Canneseries est mis en avant au même titre que l’étape locale du Red Bull Air Race, peu après. Stratégies d’élargissement des publics.

Resituer l’événement n’empêche pas de le goûter. Mercredi soir, le Palais a été pris. Dès le 8 mai prochain, pour le grand festival, il s’offrira à ses maîtres historiques, les gens de cinéma, lors d’une 71e célébration. Mais rien ne sera plus comme avant.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps