Il dit qu'il était mauvais élève de piano, que ses parents ne voulaient pas qu'il devienne compositeur. Stefano Gervasoni, 39 ans, vit à Bergame. Sa musique, à la fois raffinée et éruptive, scintille comme une boule de cristal. L'Ensemble Contrechamps et le flûtiste Mario Caroli créent ce soir Chhamp, au BFM de Genève. Heinz Holliger dirigera aussi Elliott Carter, après l'inauguration – à 18 heures – de l'exposition de manuscrits de la Fondation Sacher, qui retrace l'évolution de la création musicale des années 30 à nos jours.

Le Temps: Le titre de votre nouvelle œuvre est pour le moins énigmatique…

Stefano Gervasoni: C'est une allusion aux personnes associées à la création: «C» comme Caroli (le flûtiste qui crée l'œuvre), «hh» comme Heinz Holliger (le chef d'orchestre), «a» comme Albèra (le commanditaire de l'œuvre), «m» comme Mario (le prénom du flûtiste), et «p» comme Philippe.

– Est-ce qu'il s'agit d'un concerto?

– Non, parce que la flûte joue tout le temps. C'est elle qui mène le discours, comme si elle se promenait dans un paysage. Mais ce paysage n'est pas réel, il est dicté par le cheminement du soliste. Les autres instruments répondent aux impulsions de la flûte pour les amplifier, les mettre en écho.

– Pour vous, quel est le but de la musique?

– Ce n'est pas de transmettre un ordre, mais d'ouvrir un potentiel de communication. La musique sollicite l'imagination de l'auditeur en faisant vibrer ses «cordes». Quand j'étais petit, pendant les concerts, j'aimais écouter le frottement des archets, les bruits annexes, des moments isolés. Le phénomène acoustique m'intéressait davantage que la musique. Je ne faisais pas de différence entre sons «purs» et sons «résiduels».

– Et aujourd'hui, faites-vous une différence?

– Au contraire, c'est précisément ce potentiel d'évocation qu'il faut solliciter. Dans Parola, j'ai tenté de reproduire des bruits de gobelets que piétinaient des gens dans la rue. Et dans Chhamp, j'ai inventé une sorte de sifflement – un son archétypal chez moi.

Concert ce soir à 20 h 30, au BFM de Genève. Loc. 022 329 24 00.

Présentation du concert à 19 h 15.