Le bruit et la sensation des vagues… On ne s’en aperçoit pas tout de suite mais au fil de la lecture du roman de Colombe Boncenne, Des Sirènes, on se sent comme porté par une énergie, un mouvement sans cesse recommencé, ample comme une respiration. A tel point que le sujet véritable de ce livre, construit tout en flux et en échos, apparaît comme étant justement de capter l’élan de vie, de le reconnaître, de le suivre, jusque dans la lutte contre la maladie, jusque dans le deuil et la guérison intérieure.