Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Des escaliers et une passerelle métalliques permettent au public de cheminer dans la grotte de Cotencher en toute sécurité.
© Patrick Huerlimann/Keystone

Site majeur de la préhistoire suisse, la grotte de Cotencher (NE) ouvre au public

La grotte, fréquentée notamment par l’homme de Neandertal, était fermée depuis 2013. Elle a fait l’objet d’aménagements pérennes garantissant la conservation de son contenu archéologique

La grotte de Cotencher, située sur la commune de Rochefort (NE), a été inaugurée mardi, en présence notamment du conseiller d’Etat Alain Ribaux, chargé du Département de la justice, de la sécurité et de la culture. Ce dernier a salué ce projet de valorisation «du riche patrimoine neuchâtelois», fruit de la collaboration et des synergies entre différents services.

Une histoire vieille de plus de 70 000 ans

Ce site majeur de la préhistoire suisse, fréquenté par l’homme de Neandertal, était fermé aux visites depuis 2013. Inscrite à l’inventaire des biens culturels d’importance nationale, la grotte de Cotencher permet de retracer une histoire vieille de plus de 70 000 ans dans cette partie de l’Arc jurassien.

Lire aussi: Neandertal, le plus ancien «peintre» européen?

Celle-ci doit notamment sa renommée à son exceptionnelle richesse en outils de pierre préhistoriques, ainsi qu’à la découverte d’un fragment de mâchoire appartenant à une femme de Neandertal, le plus ancien vestige humain de Suisse. Le plus vieux site archéologique du canton de Neuchâtel abrite également une faune souterraine composée d’invertébrés et de sept espèces de chauves-souris.

Les fouilles, menées dès 1867, ont mis au jour de nombreux ossements, principalement rapportables à l’ours des cavernes, mais aussi à d’autres espèces éteintes comme le rhinocéros laineux, ou le lion des cavernes. D’autres espèces identifiées ont depuis longtemps déserté la région (renne, renard polaire), ou y vivent encore (bouquetin, chamois).

Assurer la sécurité et la préservation du site

En 2013, un bilan sanitaire alarmant constate la dégradation des structures, rendant impossible d’assurer la sécurité des visiteurs, ainsi que la préservation de la substance archéologique. Le projet remonte donc véritablement à ce moment-là, a rappelé l’archéologue cantonale Sonia Wüthrich.

Désormais, des escaliers et une passerelle métalliques permettent au public de cheminer dans l’espace souterrain en toute sécurité, tout en garantissant la conservation du contenu archéologique et naturel de la cavité. Des panneaux fixes alliant textes et illustrations fournissent en outre des renseignements sur le site.

Les visites, qui s’adressent aux écoles, mais aussi aux groupes, seront toujours accompagnées d’un guide, a précisé Frédéric Cuche, président de l’Association de la maison de la nature neuchâteloise. La grotte est ouverte de juin à septembre inclus, afin d’adapter la fréquentation humaine à la présence des chauves-souris.

Mise en réseau avec d’autres sites des gorges de l’Areuse

Dans les prochains mois, la grotte de Cotencher sera mise en réseau avec d’autres sites des gorges de l’Areuse: l’abri de la Baume du Four, le Musée de l’Areuse à Boudry, ainsi que La Morille et La Noctule à Champ-du-Moulin, par l’intermédiaire de différents médias. Par ailleurs, de nouvelles fouilles investiront le fond de la cavité en août et septembre prochains, ce qui permettra au public de découvrir l’archéologie en action.

Lire également: Le minioptère de Schreibers, l’hôte attendu des gorges de l’Areuse

Les travaux d’aménagement ont eu lieu par l’intermédiaire du Projet Cotencher, dirigé par l’Office du patrimoine et de l’archéologie de Neuchâtel, en partenariat avec l’Association de la maison de la nature neuchâteloise. Il a pour but la sensibilisation et l’éducation au patrimoine naturel et archéologique cantonal.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps