Ils sont six, nés entre 1937 et 1961, à avoir reçu hier soir à Genève le Prix Meret Oppenheim 2006. Remise pour la sixième fois par l'Office fédéral de la culture, cette récompense, qui tient à la fois de l'aide à la création et de la récompense d'un travail avéré, distingue des artistes, architectes et médiateurs de plus de 40 ans, déjà connus. La cérémonie, itinérante, est organisée à tour de rôle par un membre de la Commission fédérale des beaux-arts dans sa ville. Cette fois, c'était au tour de Simon Lamunière, à Genève. L'artiste et commissaire d'exposition a choisi l'Auditorium Arditi.

Trois artistes, un architecte, un prof et une traductrice

Avant le cocktail dînatoire, les six lauréats se sont donc vu remettre les prix, dotés chacun de 35000 francs. Parmi eux, trois artistes: le Bernois Markus Raetz est sans doute le plus connu, notamment pour ses jeux visuels. Il a exposé trois fois à la Documenta de Kassel et représenté la Suisse à la Biennale de Venise en 1988. Rolf Winnewisser a participé à la Documenta en 1972 déjà. Le Kunsthaus de Zurich prépare une exposition sur son œuvre de jeunesse. Et Robert Suermondt, élève des Defraoui à Genève, vit aujourd'hui à Bruxelles.

Peter Zumthor, une des gloires de l'architecture helvétique, est connu notamment pour les thermes de Vals, le Kunsthaus de Bregenz et le pavillon suisse d'Expo 2000 à Hanovre. Dario Gamboni est professeur d'histoire de l'art et de l'architecture contemporains à l'Université de Genève. Enfin, Catherine Schelbert est la première traductrice à recevoir le Prix Meret Oppenheim.

Un hommage a par ailleurs été rendu à Michel Ritter. Lauréat du prix 2005, il avait choisi de partager sa récompense entre trois lieux d'art contemporain.