C’est au cœur de l’écoquartier des Vergers à Meyrin que le Slow Festival a posé ses valises, le temps d’un dimanche ensoleillé. Sorti de terre il y a peu, cet endroit insolite alternant immeubles et jardins potagers accueillait la 5e date de ce festival intimiste et éclectique. A l’honneur: une réflexion sur la manière d’alimenter un quartier, en court-circuitant les modes de production industriels. Mais aussi un repas préparé par l’Auberge des Vergers et des concerts d’Ester Poly et de Soils, groupes respectifs de Béatrice Graf et de Grégoire Quartier, organisateurs du festival. Une programmation originale, à des années-lumière des festivités souvent monothématiques qui rythment habituellement nos étés.

Musiciens écolos

Musiciens de formation, les organisateurs ne sont pas étrangers à la cause écologiste et militent depuis longtemps en faveur du climat, chacun à leur manière: «L’année passée, j’ai organisé le Cycloton, un tour de Suisse musical en mobilité douce, raconte Béatrice Graf. Le matériel était transporté à vélo et l’énergie nécessaire pour alimenter notre sono était produite par les spectateurs à la force de leurs mollets. Le dispositif est le même pour nos concerts pendant le Slow Festival.» De son côté, Grégoire Quartier est le fondateur du groupe Facebook «La collapso heureuse». Forte de 30 000 membres, cette communauté propose des pistes de réflexion et partage ses connaissances sur les questions de transition écologique.