Au cours de l'année 1911, Rilke passe une nuit «inoubliable» près du Sphinx, sous le ciel étoilé. Ce séjour se situe dans une période féconde pendant laquelle le poète écrit mais voyage aussi beaucoup, en Europe et en Afrique du Nord. L'Egypte le hante depuis longtemps. La symbolique de la mort, les mythes, la richesse des œuvres d'art, tous ces aspects lui sont familiers à travers ses lectures, la visite des musées et les récits de sa femme Clara. Mais l'expérience du désert est une révélation. Les Elégies de Duino et les Sonnets à Orphée portent l'empreinte de ce voyage. Et dans un texte de 1912, intitulé Sur le poète, Rilke se souvient du chant d'un vieux Nubien sur le Nil.

C'est ce versant égyptien, mal connu, de l'œuvre de «son» poète (Rilke a fini sa vie en Valais, au manoir de Muzot), que la ville de Sierre a choisi d'éclairer. Deux expositions préparent le week-end du Festival Rilke (du 24 au 26 août). Rilke et l'Egypte présente donc les documents qui témoignent de la fascination du poète pour l'Egypte ancienne mais aussi pour la vie quotidienne. Sur son bateau, le voyageur se met à étudier l'arabe pour lire le Coran. Pendant le Festival, une série de conférences complétera l'exposition.

Quelques années après le séjour de Rilke, deux citoyens allemands, Rudolf Lehnert et Ernst Landrock, fondent la société Orient Kunst Verlag. Depuis 1904, ils éditent des cartes postales d'Afrique du Nord qui rencontrent un grand succès: l'oasis, les femmes orientales, le désert sont des thèmes qui plaisent au grand public. La guerre de 14 met leur affaire en péril. Mais en 1924, ils reçoivent l'autorisation de s'installer au Caire. Leurs photographies offrent un panorama complet de l'Egypte des années 30; mais elles présentent aussi un réel intérêt artistique. Les deux associés obtiennent même le droit de photographier le tombeau, récemment découvert, de Toutankhamon. Puis L & L se séparent: en 1930, Lehnert retourne en Tunisie. En 1938, voyant venir la guerre, Landrock, qui a épousé une Vaudoise, laissera l'affaire à son beau-fils, Kurt Lambelet. Ce qui explique que les archives des photographes aient abouti au Musée de l'Elysée à Lausanne, qui a conçu l'exposition. Ces images prises entre 1923 et 1930 reflètent une réalité sans doute proche de celle que Rilke avait découverte en 1911.

«Rilke et l'Égypte» et «Lehnert & Landrock: Égypte 1923-1930» à la Maison de Courten, 30 rue du Bourg à Sierre. Jusqu'au 31 août, ma-di de 15 h à 19 h.