«Paulo Branco reproche à Fernand Melgar de ne pas être manichéen. Ce n’est plus un discours que l’on peut tenir. Fernand Melgar s’engage et s’expose à travers ce film. Il donne un visage aux requérants et nous emmène découvrir ce mode d’expulsion que nous, Suisses, avons largement plébiscité à travers nos votes. Il montre que le personnel du centre est pris en otage par le choix du peuple. Il sort des statistiques et des affiches électorales polémiques. Ce documentaire a un vrai potentiel démocratique, et c’est notre rôle de le relayer. Vol spécial a déjà commencé à ouvrir le débat puisque Micheline Calmy-Rey a pris position contre les vols spéciaux après l’avoir vu à Locarno.

Nous sommes fiers de cette coproduction avec Arte. Paulo Branco évoque ces «guichets» qui soutiennent le film et défendent la loi; c’est méconnaître notre système. Nous avons une autonomie politique et éditoriale rare en Europe. Chaque changement de président entraîne un jeu de chaises musicales en France ou en Allemagne; ce n’est pas le cas ici.»