On risque très vite de tomber à court d’adjectifs en essayant de décrire Monsters, le deuxième album de Sophia Kennedy, parce qu’il ne ressemble à rien de ce qu’on connaît déjà. Treize titres, autant d’univers, des changements d’atmosphères sur un claquement de doigts, on ne sait jamais où on va se laisser embarquer.