Livres

«Sortir de l'ombre»: la mort d'un pilote racontée par sa fille

A la fois quête et enquête, «Sortir de l’ombre» dit «l’énorme présence» d’un père disparu dans la tête d’une enfant, jusqu’à l’issue d’un magnifique récit

Anna Ruchat, romancière, poète et traductrice suisse de langue italienne, est la fille d’un pilote mort neuf mois après sa naissance aux commandes d’un Hunter Mk 58 de l’armée suisse, à la suite d’une panne de propulseur que les enquêtes officielles ne considérèrent toutefois pas comme devant «nécessairement entraîner la mort du pilote et la perte de l’appareil». C’était en 1960 et, cette année-là, quatorze accidents s’étaient produits dans le ciel militaire helvétique, dont sept mortels. La perte, l’absence de ce père, sa disparition brutale ont creusé en elle une sorte de tombe très vive, obsessionnelle, et ce d’autant plus qu’au-delà des circonstances factuelles, la mort du pilote a été maintenue dans le trouble cocon du tabou.

«Il était jeune et beau, et tout a été fini en quelques minutes: cela n’était pas dicible». Une expertise psychiatrique, citée par l’auteure, affine le portrait: un ingénieur «doté d’une intelligence hors du commun, s’intéressant à beaucoup de choses, en particulier dans le domaine artistique et historique». Indicible jusqu’à la parution en 2010, chez Quarup Editrice, d’un récit d’une étonnante densité et d’une rare intensité.