Pour la seconde fois de l’année, les cinémas ont été contraints de fermer leurs portes. Pour les exploitants, c’est évidemment un coup dur. Privés d’écrans pour y montrer les films de leurs catalogues, les distributeurs sont eux aussi des victimes collatérales de la deuxième vague de coronavirus. Tous appellent à des aides financières urgentes et substantielles.

Lire aussi: Aller au cinéma est-il vraiment dangereux pour la santé?