Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Théâtre

Ton spleen, Tamise et l’humour British

Nathalie Sandoz adapte pour la scène le célèbre roman de 1889 de Jerome K. Jerome, «Trois hommes sur un bateau sans oublier le chien». Joliment poétique.

Critique: «Trois hommes dans un bateau»

Ton spleen, Tamise et l’humour british

Moitié pieds nickelés, moitié lords anglais. Et un ton, particulier, sweet et sour, qui pratique l’humour british avec une jolie légèreté. Lauréat du Grand Prix culturel Migros Neuchâtel Fribourg, Trois hommes dans un bateau sans oublier le chien est une parenthèse insolite dans le paysage romand. Au Galpon, à Genève, après le Pommier, à Neuchâtel, on sourit face à ce trio de moustachus aventuriers. A la mise en scène, Nathalie Sandoz réussit son adaptation du roman de Jerome K. Jerome qui, en 1889, raconte comment trois hypocondriaques se lancent à l’assaut de la Tamise pour se libérer.

La fausse bonne idée quand on est patraque? Consulter une encyclopédie médicale. On se découvre toutes les maladies du monde et on rêve d’un changement radical. Entre bourbon et sticks salés, les trois Londoniens bon teint décident de se confronter à la nature pour chasser leur spleen. Au programme, la descente de la Tamise en bateau à voile, avec camping à la clé. Evidemment, des préparatifs à la réalisation, la saveur du récit tient aux contrariétés rencontrées. La pluie, mais aussi l’ouvre-boîtes manquant ou encore l’absence de vent prouvent aux dandys l’impossibilité de s’improviser aventuriers.

La vraie bonne idée de Nathalie Sandoz? Mélanger théâtre et musique. Les refrains pop des Rambling Wheels composés pour l’occasion pimentent la narration. Dans le rôle de Jérôme, double de l’auteur, l’élégant Frank Michaux alterne récit et jeu direct, tandis que Salvatore Orlando et Daniele Pintaudi composent des compagnons de navigation parfaitement ahuris. Les Frères Jacques sur la Tamise? Le pari est réussi.

Trois hommes dans un bateau sans oublier le chien, le 1er mai, au Théâtre du Galpon, Genève, 022 321 21 76, billet@galpon.ch

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps