Pianiste et pionnier du sampler comme instrument à part entière, Pierre Audétat inaugure le projet le plus ambitieux de son existence musicale. Baptisé Stade, nom sous lequel le Lausannois aux doigts hantés avait déjà signé quelques compositions exploratoires au mitan des années 90, ce work in progress composite convie les sphères de l'électronique, du jazz, du hip-hop et des arts visuels à dialoguer et interagir. Autour de Pierre Audétat et du sidérant batteur Christophe Calpini (ex-Silent Majority comme son complice, Mobile in Motion et co-compositeur pour Alain Bashung) vont se greffer, sur plusieurs mois, une constellation de musiciens prestigieux de la scène internationale.

Erik Truffaz en guest star

Le trompettiste Erik Truffaz et le vidéaste Pierre-Yves Borgeaud sont les premiers invités phares de ce concept vivant, transversal et mouvant qui s'installe ce soir à Neuchâtel. Avant d'essaimer sur scène dans toute la Suisse romande, en Asie ou à New York en mai. Grâce aux concours annoncés du prodigieux harmoniciste Grégoire Maret, du guitariste virtuose Ellioth Sharp ou des voix de Nya, Laurence Revey et Pascal Auberson.

Chaque session hebdomadaire avec l'invité sera enregistrée. Et devrait déboucher sur la production de quatre supports sonores regroupant les contributions. Au fil des trois ans que durera cette création aux hybridations multiples, Pierre Audétat tentera de «synthétiser» quinze ans d'expérimentations, de «clore un cycle et d'en ouvrir un autre».

Stade, Case-à-chocs (quai Philippe-Godet 16, Neuchâtel, tél. 032/721 20 56).

Sa. 17 janv. à 21 h 30.

Tournée: Ex-Dolce-Vita, Lausanne, 25 janv. Ferme Asile, Sion, 31 janv.