En 1977 sortait aux Etats-Unis Star Wars, épisode originel d’une saga qui deviendra l’un des plus grands phénomènes de l’histoire de la pop culture. Le film sera plus tard exploité sous le titre Star Wars: Episode IV – Un Nouvel Espoir. A l’origine, ce fantasme de George Lucas: proposer une grande saga intergalactique en neuf parties. En 1980, dévoilant l’épisode V, l’Américain annonçait qu’après la première trilogie, il enchaînerait sur les trois titres se déroulant chronologiquement plus tôt, avant de s’attaquer aux trois épisodes finaux. Le neuvième pourrait sortir en 2001, disait-il.

Lire aussi:  «Star Wars», dans les soutes du Faucon Millenium

Dix-huit ans plus tard, son fantasme est assouvi. Mais Lucas, qui a vendu sa franchise à Disney, n’est plus aux commandes. Et si l’attendu épisode IX clôt un cycle, il ne signifie pas la fin de la saga. Sous la houlette des studios de l’oncle Walt, Star Wars est un univers étendu qui a donné lieu à deux spin-off, Rogue One et Solo. En 2008 déjà, un premier titre dérivé comblait un interstice: le film d’animation The Clone Wars se situait entre les épisodes II et III.

L’univers Star Wars compte également de nombreuses séries d’animation, des téléfilms, des livres, des BD et des jeux vidéo. La «galaxie très, très lointaine» imaginée par Lucas étant infinie, les histoires que l’on peut y raconter le sont aussi. Dévoilée il y a un mois sur la plateforme Disney+, la série en prises de vues réelles The Mandalorian se déroule entre les épisodes VI et VII. Deux autres vont suivre: l’une verra Ewan McGregor reprendre le rôle d’Obi-Wan Kenobi, la seconde mettra en scène les héros de Rogue One. Et une quatrième trilogie devrait voir le jour entre 2022 et 2026. «Nous savons que les fans voudront quelques autres films, nous allons les fabriquer», a déclaré Robert Iger, PDG de la Walt Disney Company.

Lire également notre critique:  «Star Wars: L’Ascension de Skywalker»: la fatigue se fait sentir sous les étoiles