Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Steven Bochco à Santa Monica en août 2016.
© Chris Pizzello/AP

fiction tv

Steven Bochco, hommage à un grand créateur de séries

Le créateur de «Hill Street Blues» et «NYPD Blue» est décédé dimanche dernier. Il a posé quelques jalons du genre

Les échos ont été modestes. Les grands créateurs de séries restent méconnus. Steven Bochco est décédé dimanche dernier et avec lui, une période de la fiction TV américaine s’est close. De ce côté de l’Atlantique, il était surtout connu pour NYPD Blue (1993-2005), grande chronique d’un commissariat ordinaire, plongeant dans toutes les failles de ses protagonistes.

De Columbo à des flics heurtés

Steven Bochco était entré par la grande porte chez Universal, en écrivant quelques-uns des premiers épisodes de Columbo au début des années 1970 – il y était revenu le temps d’un chapitre en 1990. Il avait un peu touché au cinéma, puis s’était imposé avec Hill Street Blues (Capitaine Furillo, 1981-1987), sans conteste un jalon majeur dans l’histoire des séries TV.

A ce sujet: La petite histoire des grandes séries TV. Années 80: fric, flics et grands classiques

Pour la première fois, un feuilleton policier dépeignait autant les enquêtes criminelles que les affres des inspecteurs eux-mêmes, leurs peines de cœur, l’alcool, la dépression, les tourments familiaux… Filmée de près, n’hésitant pas à prendre le risque de la lenteur, du grand nombre de personnages ou des agitations chaotiques dans le commissariat, Hill Street Blues reste une œuvre unique.

«NYPD Blue», un grand rendez-vous

Steven Bochco reprend la formule, avec David Milch, pour NYPD Blue. Il réengage aussi certains acteurs, dont l’excellent Dennis Franz, un familier de Brian De Palma, qui s’impose ici dans le rôle de l’inoubliable Andy Sipowicz, ours heurté, raciste, en chute presque libre avant chaque promesse de rebond pourtant toujours là.

Notre clin d’œil en 2006: Andy, dis-moi oui

NYPD Blue n’a pas le caractère presque expérimental de sa grande sœur, mais elle a marqué ses fidèles pour ses personnages d’une grande richesse, campés notamment par David Caruso, Kim Delaney et Jimmy Smits. Pendant douze années, le poste de police new-yorkais a été un rendez-vous fiable, animé par la musique électroniquement clinquante de Mike Post.

Steven Bochco n’a plus eu autant de succès par la suite, mais il est resté un influent producteur. En 2005, avec Chris Gerolmo, il a proposé l’audacieuse Over There, 13 épisodes détaillant le parcours de jeunes gens embarqués dans la guerre en Irak, et les souffrances causées dans leur environnement. Un haut fait de plus de Steven Bochco.

A propos de «Over There»: La sale guerre en série TV

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a